Browsing Tag

vegetarien

Il y a de la vie chez Nanashi

Depuis quelques temps je découvre quelques adresses (parisiennes pour le moment) où il fait bon manger avec des plats sains et végé-friendly. J’ai pensé que cela pourrait vous interesser alors voici un article sur le premier de sa catégorie : Nanashi dans le Marais !

Restaurant NANASHI 57 rue Charlot à Paris le 28/04/11 Photo Jean-Christophe MARMARA/Le Figaro

Nanashi se dit « bento parisien », c’est un restaurant à l’inspiration japonaise mais cela va bien au delà des simples sushis que vous connaissez. Lorsque vous rentrez vous avez directement accès à la cuisine ouverte où vous pouvez voir les cuisiniers au fourneaux. Les fruits et légumes du marché sont également exposés et cela donne vraiment une bonne impression de fraicheur.

Niveau prix les plats tournent autour de 16€ dont le fameux bento, mais vous pouvez également retrouver des Chirashis et des « Don » en plats à la carte.

Nous sommes arrivées avec une amie vers 19h30 sans réservation mais à 20h30 le restaurant, pourtant bien grand, était déjà complet (et un peu bruyant). J’ai décidé de prendre 3 entrées plutôt qu’un plat pour goûter à différentes choses et le bentô me tentait moins. Mon amie a opté pour un Don de poulet qu’elle a terminé et bien apprécié.

2016-06-02-23-40-09

Parmi mes 3 entrées : un rouleau de printemps végétarien, un Hiyayako avocat (Tofu froid, crème d’avocat au yuzuet la salade du jour (pomme de terre, aubergine, pois et brocoli). La salade était délicieuse, les légumes fondants et bien assaisonnés, le rouleau était succulent avec de la figue séchée en guide se surprise mais j’ai moins aimé le tofu que j’ai trouvé assez fade. Pour seulement 14€ pour ces 3 entrées j’étais bien rassasiée !

2016-06-02-23-40-27

Pour le dessert j’ai testé le cheesecake matcha et mon amie un cake matcha/framboise/galak. Moi qui ne suis pas trop cheescake je l’ai trouvé bien bon et pas trop lourd. Mon amie a moins aimé le cake et ne sentait pas le matcha (moi je ne sentais que ça, question de goût !) et la texture du gâteau était assez sèche.

Nous avons donc été ravies de cette découverte, le service est très sympa, assez rapide et même si les desserts ne sont pas leur spécialité, je le recommande chaudement pour tester !

Bon appétit 🙂

Courgettes coco et tartines d’avocat

Hello ! Je ne partage pas très souvent des recettes car ce n’est pas le thème principal du blog mais j’avais envie de vous partager l’une de mes préférées : courgettes coco et son riz accompagnés de tartines à l’avocat.

2016-05-17-13-58-59

Pour les tartines :

  • Couper une moitié d’avocat et écraser la chair dans un bol
  • Ajouter un peu de citron et des épices mexicaines à la préparation avocat
  • Etaler cette dernière sur 2 tartines (galettes de riz pour ma part) et saler

Pour les courgettes coco :

  • Couper une courgette en fines rondelles
  • La faire revenir à la poêle avec un filet d’huile d’olive, couvrir et faire cuire à feu doux
  • En parallèle faire cuire du riz semi-complet (le mien est thaï et cuit en 15mn)
  • Retirer le couvercle des courgettes cuites, faire revenir encore 2-3 minutes
  • Ajouter 2 CS de crème de coco et du curry (ou du sapori en poudre, je le fais souvent c’est très bon) puis de la coriandre fraiche (j’en ai plein dans le congélateur héhé #astuce)
  • Egoutter le riz et servir avec les courgettes
  • Assaisonner (attention le sapori sale déjà beaucoup)

Pour moi qui suis majoritairement végétarienne, ce plat me comble et me nourrit bien sans aucune frustration !

Bon appétit ! 🙂

Résumé du reportage « Un monde sans viande »

France 5 a diffusé le reportage « Un monde sans viande » ce mardi 16 février. Peut-être avez-vous préféré regarder la Nouvelle Star (je ne vous blâme pas, moi aussi…) mais je l’ai enregistré car je tenais vraiment à le voir. Voici donc le résumé écrit et détaillé !

Pour ceux qui veulent voir le replay c’est par ici.

Capture d’écran 2016-02-17 à 17.13.54Au rythme où vont les choses, les scientifiques annoncent une pénurie : nous sommes 7 milliards d’hommes, nous serons 2 milliards de plus en 2050, si on ne change pas nos habitudes il faudra produire 2 fois plus, mais nous arrivons déjà à saturation.

L’élevage est le facteur de pollution qui contribue le plus au réchauffement climatique, l’industrie  mobilise 30% des terres et consomme 70% de l’eau.

Chaque français mange en moyenne 80kg, ce qui équivaut à 16m2 de forêt remplacée et à la disparition de 15 terrains de foot de végétation. Ce n’est plus une affaire de goût mais question de survie !

La viande est au centre de l’assiette dans l’occident alors que cela devrait être les légumes. Le reportage s’est donc rapproché des gens et industries qui inventent les nourritures de demain.

Capture d’écran 2016-02-17 à 17.07.58Dans le 12ème arrondissement de Paris s’est ouvert La boucherie végétarienne (que je vais tester sans tarder !). Première sur le créneau, elle importe le concept d’un fabriquant aux Pays-Bas. Leurs produits permettent de garder la texture et le goût mais sans viande.

Les recettes sont inspirées du soja en farine, la structure et la consistance sont ressemblantes et l’industriel hollandais s’est déjà inspiré d’une cinquantaine de recettes traditionnelles (par exemple le cordon bleu, équivalent au même prix que chez le boucher classique). La société est implantée dans 38 pays.

Les industriels du futur s’intéressent également aux « flexitariens » : ceux qui réduisent leur consommation de viande mais ne sont pas prêts à s’en passer.

Les magasins se développent de plus en plus, le marché a un fort potentiel et les prix se rapprochent de plus en plus des produits classiques composés de viandes. Un des enquêteurs interviewé est également persuadé que ces derniers rempliront les rayons de nos supermarchés classiques dans les années à venir ! (et c’est tant mieux si les produits restent bons)

Le reportage a néanmoins voulu souligner un point important : attention de ne pas consommer trop de soja car ce dernier est constitué de isoflavones (phyto-oestrogène). Il faut veiller à ne pas en abuser et le taux à ne pas dépasser pour la santé chez les enfants est de 30 grammes par jour.

L’intérêt n’est donc pas de se bourrer de soja mais bien de diversifier son alimentation !

Capture d’écran 2016-02-17 à 17.09.33En Californie, la viande végétale est déjà très développée et les inventions sont nombreuses. Le créateur du burger végétal a un succès fou, il est très bien pour la santé (anti-oxydant, calcium, omega) et les gens trouvent ça bon, pour moins de 3$ ! Ce dernier n’utilise donc pas que du soja mais surtout du pois, de la betterave, du piment, des algues par exemple, avec de nombreuses protéines !

Le marché n’est donc pas prêt de se calmer, 200 millions d’euros ont été investis dans le secteur l’année dernière et c’est tant mieux.

Pour rappel, pour produire un steak animal il faut 1500L d’eau et 1,5k de protéines alors que pour un steak végétal il faut simplement 180L d’eau et 30g de protéines. Si l’élevage disparaissait on pourrait nourrir 27 milliards d’hommes…

L’autre problème majeur est le soja aux OGM très fortement utilisé pour l’élevage industriel : la France a importé 3 millions de ce soja transgénique l’an dernier pour l’alimentation animale…

Ce dernier est cultivé en Amérique du Nord ou du Sud, c’est une véritable catastrophe et il engendre de la déforestation de masse (surtout au Paraguay avec -2,5 millions de forêt) et les populations n’en mangent même pas !

Les enfants subissent des déformations à cause des OGM si les femmes enceintes habitent à moins de 1km d’un champ et les locaux ne peuvent pas acheter de terres pour cultiver à manger car les industriels les possèdent. Ils les occupent illégalement et risquent la mort car la police leur tirent dessus.

Capture d’écran 2016-02-17 à 17.12.01Ensuite, le reportage s’est intéressé à une chaine de restaurant à Paris (le Café Pinson) qui ne se dit pas végétarien mais sain, pour viser un public plus large et ne sert pas de viande, que des produits frais bio ou cuisinés maison.

La créatrice affirme qu’il faut se défaire de cette obsession pour la viande, il faut chercher l’alternative dans la nature et chez le primeur. Imaginez, bientôt un pavillon de 6000m2 sera réservé au bio au marché de Rungis ! Elle parle également de super-aliments comme le Kale, riche en nombreux minéraux qui permettent aux végétariens de combler les carences sans problème.

Pour terminer, Hervé This, chercheur renommé en bio-chimie, pense à une nouvelle façon de se nourrir. Il cuisine les composés purs extraits d’elements naturels ou synthétiques. Pour faire des économies d’énergie il propose de tout déshydrater, ça ne pourrit pas, le poids est réduit et le transport facilité et fini le gaspillage.

Il a inventé la cuisine « note à note » : il mélange par exemple des protéines, de l’eau, de la gélatine, du glucose et de l’huile pour se rapprocher de la composition de la viande puis met de l’extrait de champignons et en ressort une galette qui a le goût de la viande aux champignons.

Il ne cherche pas à s’enrichir ou à lancer de débat politique mais pense simplement à ses enfants et petit-enfants !

Alors les Français sont-ils trop attachés à la gastronomie pour manger autrement ? Malgré la déforestation, le consommateur ne semble pas vraiment prêt à changer… Mais aurons-nous le choix ?

Et bien moi je dis non ! Alors le changement, c’est maintenant 🙂