Browsing Tag

nutrition

La dissociation alimentaire : pourquoi et comment ?

Je t’ai déjà parlé sur le blog des bons réflexes et associations à privilégier dans mes 10 clés pour une alimentation saine.  J’avais aujourd’hui envie de te parler de dissociation alimentaire : séparer les différents types d’aliments pour mieux les digérer et/ou assimiler afin de te sentir mieux après un repas.

Chaque nutriment contenu dans un aliment requiert une digestion spécifique. En effet, à chaque étape de la digestion, un PH (acide ou basique) précis est exigé, et les enzymes ont également chacune leur temps de fonctionnement propre. Par exemple, le PH de la bouche est alcalin et celui de l’estomac très acide, imagine lorsqu’il faut tout gérer en même temps !

Les dangers des mélanges indésirables

  • Si tu mélanges des aliments acides et des farineux, les enzymes salivaires seront inhibées et le pancréas sera surmené. De plus, les molécules d’amidon non dégradées à cause de cela, vont parvenir dans l’intestin où ils fermenteront ce qui provoquera alors des ballonnements et gazs (glamour me diras-tu !).
  • Si tu consommes des fruits crus en fin de repas, le bol alimentaire va rester bloqué dans l’estomac trop longtemps, il va commencer à fermenter et les intestins se retrouveront en souffrance par la suite.
  • Si tu manges trop de protéines associées aux farineux et/ou aux lipides, la phase digestive stomacale sera retardée et conduira les peptides non dégradés dans l’intestin ce qui provoquera des putréfactions dans le côlon gauche et encore des ballonnements !
  • Si tu mélanges les aliments de cette façon pendant des années, ta muqueuse intestinale sera fortement fragilisée, ce qui peut alors conduire à des inflammations chroniques, une perméabilité trop élevée, des réactions allergiques, des maladies inflammatoires voire auto-immunes.

Essaie d’éviter au maximum les plus indésirables : les fruits au dessert, les entrées très vinaigrées avant un plat de farineux, et les grosses portions de protéines au même repas que de grosses portions de farineux.

La règle des proportions : Dissocie ou prends de très petites quantités de protéines fortes (viandes, oeufs, fromages, poissons) et d’amidons forts (céréales).
La règle de concentration : Associe les protéines faibles (végétales) avec les amidons forts. Associe les protéines fortes avec les amidons faibles (galette de riz, pomme de terre, etc).

Les avantages de la dissociation

– Une meilleure digestion et assimilation des nutriments

– Une perte de surpoids (qui se stabilise)

– Une disparition des symptômes chroniques

– Une « restriction » peu compliquée à mettre en place chez soi et à l’extérieur

Exemple de menu optimal

– Des crudités fraiches en entrée.

– Une base protéique (poisson gras, oeufs, coquillage ou fromage de chèvre) OU 3/4 céréales + 1/4 légumineuse si tu es végéta*ien.

– Un complément de légumes cuits dont des légumes verts et surtout des farineux.

– Un dessert facultatif et très peu sucré : pommes au four, un carré de chocolat noir (on a dit un seul !) 🙂

 

J’espère que cet article t’a été utile et te permettra de te sentir bien après tes repas et au quotidien.

S’il t’a plu, n’hésite pas à partager l’infographie :

10 clés pour une alimentation saine

Avec l’approche de l’été et mon évolution personnelle, j’avais envie de vous parler d’alimentation. Non pas de régime pour mincir ou perdre des kilos mais bien d’une hygiène de vie pour être en meilleure santé et bien dans son corps. Ce n’est pas une programme précis que vous devez absolument suivre, mais quelques conseils que vous pourrez mettre en place au fil du temps, avec bienveillance, lorsque vous en aurez envie. 

 

1- S’alléger quantitativement

  • Évitez de vous resservir lorsque vous n’avez plus vraiment faim.
  • Supprimez la ration de produits industriels au maximum dans vos repas.
  • Diminuez le vin et le pain au quotidien de 30 à 50%.

2- Remplacer les produits raffinés par des produits complets

Voici les équivalences que vous pourriez mettre en place : 

  • le pain blanc par du pain au levain ou complet bio, du pain des fleurs, du pain Essene, des galettes soufflées Lima ou encore des biscottes Lima ou Favrichon
  • les pâtes blanches par des pâtes bio, au sarrasin, ou sans gluten
  • le riz blanc par du riz demi-complet 
  • le lait de vache par du lait végétal
  • les charcuteries par des pâtés végétaux
  • le beurre par du beurre allégé bio, des margarines végétales bio, des purées d’amandes, sésame, noisettes, cajou…
  • les huiles raffinées par des huiles vierges de premières pressions à froid bio (olive, colza, cameline, chanvre, sésame, tournesol, carthame, courge, noix, lin, soja…)
  • les bouillons de viande par du miso, des cubes morga ou du tamari
  • les pâtisseries et biscuits de farines raffinées et sucrées par des biscuits à la farine complète, si possible au levain, peu sucrés et pâtisseries maison légères
  • le chocolat et les confiseries par quelques chocolats bio, des plaques de caroube, des fruits séchés, des barres énergétiques aux céréales ou aux fruits secs…
  • les apéritifs par du jus Breuss de légumes, de l’hydromel ou du vin de noix bio
  • les vins classiques par des vins bio et/ou bio-dynamiques
  • le sel raffiné par du sel complet gris, de l’herbamare, du tamari, du gomasio ou du Sapori
  • les sirops, limonades et Coca par des jus 100% jus de fruits ou légumes/infusions, menthe, cannelle, réglisse, anis, malt, milk-shake bio (lait végétal et fruits)

3- Déplacer les fruits crus du dessert loin des repas

  • Ils se digèrent rapidement hors de l’estomac et peuvent stagner plusieurs heures.
  • Ils peuvent alors provoquer fatigue, fermentations acides et troubles digestifs.
  • Les consommer plutôt une heure après le repas, ou pendant la pause du matin ou de l’après-midi.

4- Introduire un plat cru de légumes par jour ou par repas

  • Les vitamines et enzymes sont toujours plus vivants dans le cru (surtout si les aliments sont bio)
  • Si vous êtes de nature colitique ou avez les intestins fragiles : préférez les jus crus ou dilués.

5- Diminuer sa ration de viande

  • Sauf exception, il y a aucun argument scientifique qui ne peut justifier sa consommation.
  • Vous pouvez remplacer les viandes par du poisson bio, des œufs bio, du fromage de chèvre/brebis bio, du tofu, du Seitan, du Tempeh ou par une association de protéines végétales (2/3 féculents + 1/3 légumineuses).
  • La naturopathie ne conseillera que rarement le végétalisme sur le long terme mais le végétarisme est souvent prôné car il s’agit du régime le plus proche de notre nature. 
  • Une bonne alternative pour les enfants si nécéssaire : lait cuit (plus digeste) et féculents (gâteau de riz ou de semoule)

6- Supprimer tous les sucres industriels

  • Ils surmènent le pancréas, le foie et les surrénales.
  • Ils abiment les dents, les réserves minérales, nos articulations, nos tubes digestifs et système immunitaire.
  • Vous pouvez remplacer le sucre blanc raffiné ou roux par du sucre complet ou intégral, du sirop d’agave, du sucre de coco, du sucre d’orge, de la Stévia, etc. 
  • N’hésitez pas à vous renseigner sur les indices glycémiques et la provenance de ces alternatives.

7- Oublier peu à peu les excitants

  • De temps en temps ils sont acceptables pour le plaisir ou la nécéssité mais attention à l’accoutumance.
  • Remplacez le café par : de la chicorée, du malt soluble et parfois du café bio, moka arabica d’Ethiopie ou du Brésil, de préférence blonds.
  • Remplacez le thé classique par du thé maté, du thé Mû, sencha ou hibiscus, préférez le thé vert bio ou encore des tisanes bio.
  • Remplacez le chocolat chaud par de la poudre de caroube ou encore un carré de chocolat bio fondu dans du lait végétal. 

8- Adopter une eau de table correcte

  • L’eau communique rapidement avec notre sang, notre lymphe et nos tissus, d’où l’importance de ne pas boire n’importe quoi.
  • Les meilleures eaux en vente : Mont Roucous, Rosée de la reine, Lauretana, Sancy, Montagne, SPA, Volvic, Katelroc, Roxane et Evian (tolérée).
  • Vous pouvez aussi dynamiser votre eau : la secouer fortement, l’ensoleiller, jus de citron bio puis agiter, magnétisme, conteneurs aimantés, fleur de vie, etc.

9- Mâchez !

  • Permet une meilleure digestion et assimilation, une modération quantitative, une économie d’énergie nerveuse et glandulaire et une survitalisation par une meilleure assimilation énergétique. 
  • Est nécéssaire pour briser correctement les fibres et les enveloppes cellulosiques des graines et des céréales.
  • Permet de libérer les hydrates de carbone et les protéines dans l’organisme.
  • Si vous ne mâchez pas assez, cela peut provoquer une irritation du  et malnutrition (surtout végéta*iens)

10- La joie de la table

  • Essayez de toujours manger en conscience, sans faire 3 choses à la fois.
  • Prenez plaisir, évitez la frustration et la culpabilisation. Si un jour vous êtes plutôt salade et le lendemain assiette de pâtes alors c’est très bien ! 

Découvre cet article sous forme d’infographie et partage-le !

 

N’hésite pas à l’épingler sur Pinterest !

alimentation-saine

5 bonnes raisons d’aimer les graines de Chia

Vous avez surement entendu parler des graines de chia autour de vous ? En plus d’être à la mode elle ont de nombreuses propriétés bonnes pour la santé. Originaires du Mexique et des zones montagneuses du Pérou, elles étaient très consommés par les Mayas et les Aztèques. Voici 5 bonnes raisons de les consommer dans vos plats !

1. Riche en fibres solubles

Elles aident au transit et à la digestion, en plus permettent de remplacer dans quelques recettes l’oeuf non consommé par les vegans par exemples. Elles absorbent jusqu’à 7 fois leur poids en liquide et permettent de créer le fameux chia pudding ! (Une cuillère à soupe de Chia pour 3 cuillères à soupe de lait végétal par exemple). De plus étant donné que la graine gonfle dans l’estomac, elle permet de combattre les fringales et aide en cas de restriction alimentaire.

2. Sources de protéines

Elles contiennent de nombreuses protéines complètes (23%), qui sont elles mêmes indispensables pour être en bonne santé. Elles en contiennent 2 fois plus que la plupart des graines connues. Une fois de plus si vous consommez peu ou pas de viande c’est un super complément à intégrer dans votre routine alimentaire.

3. Elles sont pleines de bons Omega 3

Elle est la source végétale la plus riche en Oméga 3, nécéssaire pour combattre les maladies liées à l’inflammation, pour fluidifier les artères, protéger du mauvais cholestérol, du stress et toutes les maladies cardiovasculaires. Ces derniers sont aussi réputé pour nourrir le système nerveux et ainsi combattre la depression et la fatigue nerveuse.

4. Elles sont pleine de vitamines et mineraux

Elles contiennent des vitamines E et B nécéssaire au bon fonctionnement du corps. De plus elles ont 5 fois plus de calcium que dans le lait ! Vous trouverez également 2 fois plus de potassium que dans la banane mais également du fer et de la vitamine C. Tout cela sans gluten, sans sodium et sans aucun problème de conservation !

5. Elles sont anti-oxydantes 

Afin de lutter contre les effets du vieillissement et protéger votre système cardio-vasculaire, les graines de Chia contiennent des anti-oxydants puissants tels que les acides chlorogénique et caféique. Elle contient également du zinc qui agit lui aussi sur le vieillissement de la peau.

Je vous invite à lire l’article de ma copine Citron Gingembre qui en parle également et vous donne ses astuces et recettes 🙂

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à l’épingler sur Pinterest ! 

 raisons-graines-chia

10 façons de prendre soin de son ventre

Depuis toute petite j’ai toujours souffert de maux de ventre, je passais mon temps à l’infirmerie, j’étais toujours pliée en deux après le déjeuner et je ne vous parle même pas des pics de stress. Au fil des années j’ai découvert certaines causes, j’ai creusé davantage, j’ai amélioré mon hygiène de vie, changé ma façon de m’alimenter et ai reçu quelques précieux conseils. Je partage donc dans cet article mes 10 commandements pour prendre soin de votre bidon, même si bien évidement cela s’applique en premier pour moi et cela n’est pas universel, peut-être que cela vous donnera quelques pistes pour aller bien vous aussi ! 

1- J’évite les fruits pendant les repas

Lorsque les intestins sont capricieux, c’est une règle d’or en naturopathie, consommer les fruits en dehors des repas au minimum une heure avant ou après. Seule exception pour l’ananas qui peut être assimilé plus facilement. On évite donc aussi le jus de fruits pendant un repas…

2- Je mange peu du gluten ou je sélectionne les bonnes céréales

J’en parlais dans un ancien article, j’évite au maximum le gluten. Le blé utilisé aujourd’hui dans la plupart des aliments (pain, gâteaux, etc) est de très mauvaise qualité et peut créer des intolérances. J’essaye donc au maximum de consommer d’autres céréales lorsque c’est possible ou de manger de bons produits bio et sains.

3- Je fais des cures de probiotiques

Surtout si vous avez un passif avec les antibiotiques (cystites, maladies chroniques, etc), il faut absolument reconstituer votre flore intestinale. Sachez que c’est presque 80% de votre système immunitaire, alors imaginez si il est endommagé par tous ces médicaments à répétition !

4-Je ne consomme plus de lait de vache (bio ou non)

J’en avais déjà parlé dans un article, le lactose et surtout celui de vache n’est pas fait pour être digéré par un corps humain. Si vous n’avez pas de souci tant mieux, mais mon petit ventre capricieux se porte beaucoup mieux depuis que je lui évite du travail inutile.

5- J’évite les plats préparés et les sucreries chimiques

Car oui les mauvaises graisses, les additifs, les sucres raffinés, tout ce que l’on trouve dans les plats préparés est un vrai poison pour les ventres fragiles. Parfois on a pas le choix, pas de souci, mais moins on en mange et mieux on se porte ! Pour les sucreries c’est pareil, je préfère un bon carré de chocolat bio et noir plutôt qu’un kinder bueno rempli de mauvaises calories vides.

6- Je me détends

Chez moi les maux de ventre sont (très) souvent liés au stress, même inconscient, la nervosité, la tristesse, l’anxiété… bref le remède miracle est donc de respirer (avec le ventre), de méditer, de prendre un bon bain… bref de se détendre et vous verrez cela ira tout de suite bien mieux.

7- Je fais de l’exercice

Je n’ai pas été performante ces derniers mois à cause de mon souci de santé, mais je sais que faire du yoga régulièrement, de l’aquabike, de la natation… tout cela m’aidait grandement à avoir un bon métabolisme digestif et en plus cela contribue à avoir un bon moral !

8- Je sais quels aliments éviter

Au fil des années j’ai appris que mon ventre n’était pas fan de trop d’épices ou d’alcool (estomac), ni de trop de choux (brocoli, chou-fleur, etc), haricots verts, pois chiches… toutes ces choses qui peuvent ballonner, surtout si le stress est dans les parages.

9- J’essaye d’avoir un bon transit

Pas question de se retenir quand l’appel des toilettes se fait sentir, pas question non plus d’abuser de laxatifs de pharmacie pour débloquer la situation. L’idéal est de consommer des pruneaux (en jus ou sec) lorsque nécéssaire et à l’inverse du riz ou de la banane. Dernière astuce, surelever les pieds aux toilettes grâce à un petit carton, vous verrez ça aide beaucoup ! (merci maman pour l’astuce)

10- J’ai toujours mes petits remèdes à portée de main 

Le bicarbonate de soude pour l’estomac, l’huile essentielle d’estragon pour les intestins et le charbon végétal actif en poudre pour les ballonnements. Ce sont des essentiels que j’essaye de ne jamais quitter afin de pouvoir m’apaiser lorsque je traverse une phase difficile.

J’espère que cela vous aidera vous aussi et n’hésitez pas à partager également vos expériences 🙂

Cet article t’a aidé ? N’hésite pas à l’épingler sur Pinterest ! 

Faut-il fuir le gluten ?

En ce moment vous ne pouvez pas être passé(e) à côté de la mode du « sans gluten ». En retard par rapport à certains autres pays, la France entre peu à peu dans cette frénésie du « gluten-free », « vegan », « lactose-free », etc. Mais est-ce un effet de mode ou un vrai mode d’alimentation à adopter ? Pas facile de s’y retrouver.

2016-05-11-12-05-16Au temps de nos ancêtres, ces derniers se nourrissaient exclusivement de cueillette et de chasse. Puis il à 5 000 ans, l’agriculture et l’élevage sont arrivés et ont modifiés nos manières de nous nourrir, de plus nous sommes devenus de plus en plus sédentaires.

C’est alors que l’homme a découvert les céréales et les produits laitiers. Or notre corps n’a pas tellement évolué depuis nos ancêtres, et les enzymes présents dans notre corps ont souvent du mal à digérer ces céréales que nous ingérons de plus en plus, souvent en quantité bien trop importante !

Avec l’arrivée de l’alimentation industrielle, les molécules ont également évolué. Le blé par exemple possédait 14 chromosomes et en possède aujourd’hui 42… Imaginez la transformation radicale. Cela crée davantage de difficulté aux enzymes présentes dans nos intestins pour digérer ces nouveaux aliments.

Lorsque l’on parle de gluten, il s’agit la plupart du temps en majorité du blé. Sauf pour les personnes vraiment allergiques ou intolérantes au gluten (dépistage par prise de sang), supprimer ou rationner le blé est souvent déjà une grande révolution.

Les signes qui peuvent alerter concernant une mauvaise digestion du gluten : flatulences, constipation, fatigue, dépression, nervosité, éruptions dermiques, sueurs.

Certaines personnes n’auront jamais de souci, digèrent très bien au quotidien et n’ont pas à se poser la question. Quoique essayez tout de même de ne pas manger de gluten le midi… vous verrez que le coup de barre après le déjeuner sera beaucoup plus facile à encaisser 😉

Pour savoir si vous êtes concerné(e), faites le test ! Supprimez dans un premier temps le blé pendant un mois et voyez comment vous vous sentez. Mieux ? Cela risque d’être le cas pour beaucoup d’entre-vous…

Poussez l’expérience plus loin et supprimez toutes les céréales à base de gluten : blé, kamut, épautre, orge, avoine, seigle. Si là également vous ressentez une différence c’est certainement que le gluten n’est pas votre ami.

Voici les céréales sans gluten à privilégier : riz (semi-complet pour éviter la constipation), maïs, millet, quinoa, sarrasin, etc. Certaines personnes ne tolèrent vraiment aucune céréale, dans ce cas là vous pouvez également faire le test de toutes les supprimer mais cela reste plus rare.

Si vous êtes vraiment sensible aux céréales, le meilleur régime pour vous est celui de nos ancêtres les chasseurs-cueilleurs : protéines animales (oeuf, poisson, viande maigre), légumes, fruits et graines ; en évitant au maximum les céréales et les laitages.

Pour conclure, je rappelle que tout est encore une question d’équilibre. A titre personnel j’évite le gluten la plupart du temps mais je ne m’empêcherai pas de vivre pour autant. Si j’ai envie de me faire un plat de pâtes dans un restaurant italien ou de manger un peu de pain parfois, alors je le fais. Le tout est de connaitre son corps et de savoir ce qui est bon pour soi !

P.S: Non le gluten ne fait pas grossir, il n’est pas question de régime ou de poids mais d’assimilation des aliments et de santé. 

Pourquoi adopter un mode de vie écologique et responsable vous fera faire des économies

Je suis sûre que vous avez déjà entendu autour de vous des « non mais le bio c’est trop cher », « oui mais acheter des trucs écologiques c’est pas donné » ou encore « on a pas tous les moyens de faire attention à tout ». J’ai envie de dire STOP. Et voici quelques arguments que vous pourrez utiliser lors de vos prochains débats !

  • Consommer naturel en cosmétique

Capture d’écran 2016-04-23 à 23.42.49Beaucoup de mes amies pensent que c’est trop compliqué ou cher de consommer naturel pour leurs cosmétiques. Mais quand je leur parle de slow cosmétique et de quelques bases simples, leur avis change rapidement. Dans leur tête elles pensent à Nuxe ou encore certaines marques pharmaceutiques très chères… mais ce n’est pas ça consommer naturel !

Depuis que j’ai changé mon quotidien, je me contente d’une huile végétale pour me démaquiller et de cotons lavables, d’un savon à 5€ pour me laver le visage qui me sert pendant plusieurs mois et de quelques recettes faites avec des huiles végétales et huiles essentielles que je conserve longtemps et que je réutilise. Pas besoin de se ruiner pour bien consommer !

Et on ne se laisse plus berner par tous les discours marketing que l’on croise dans les rayons, on ne s’achète plus toutes les nouvelles marques de maquillage, on regarde les ingrédients, on réfléchit et on se rend vite compte que plus c’est simple et mieux c’est…

  • Manger bio et sain

Oui acheter des fruits et légumes bio c’est plus cher, oui les céréales que je consomme le matin sont plus chères et oui les produits d’entretien que j’achètent sont plus chers. Mais de ce fait, je réfléchis davantage à ce que je décide de manger, j’achète au fur et à mesure, je ne gaspille rien et je suis consciente que ce que je mange est bon pour moi.

Alors bien sûr quand financièrement c’est trop compliqué il m’arrive de ne pas acheter tout bio, l’essentiel n’est pas de se rendre stressée ou malheureuse. Mais savoir faire les bons choix au quotidien nous permet également de ne plus craquer devant des paquets de gâteaux plein de mauvais sucre et graisse, de ne pas acheter des desserts au joli packaging mais rempli de cochonneries, de ne pas succomber aux gourmandises inutiles et de ce fait, de faire aussi des économies !

  • Adopter un mode de vie responsable

Réfléchir à ses actions et s’engager dans une voie responsable c’est aussi voir le bonheur dans les petites choses, ne plus se frustrer pour rien, voir que l’on est riche d’autres choses que de ses possessions. Alors depuis cette prise de conscience je n’achète que très peu de vêtements et chaussures (car au fond est-ce que j’en ai vraiment besoin ?), je ne me ruine pas dans le dernier iPhone car il est à la mode, je me restreins sur les voyages car j’ai d’autres priorités et j’apprécie chaque petite chose à sa juste valeur.

Et lorsque l’on prend conscience que l’on a pas besoin de s’entourer de tant de materiel, nos achats deviennent beaucoup moins impulsifs et de ce fait… on dépense beaucoup moins !

  • Capture d’écran 2016-04-23 à 23.40.40Intégrer une hygiène de vie équilibrée 

Lorsque je me suis engagée sur cette voie, j’ai surtout eu une prise de conscience à cause d’un souci de santé que je traine depuis plusieurs mois et de ce fait j’ai changé pas mal de choses. Au delà de la nutrition dont je vous parlais plus haut, je m’étais mise au sport, je sors beaucoup moins, je ne bois presque plus d’alcool, je limite le nombre de restaurant et de ce fait… j’économise !

Essayez de calculer combien vous dépensez dans une soirée entre la nourriture, les boissons, le taxi pour rentrer et la nourriture gargantuesque du lendemain… Alors bien sûr il ne faut pas s’empêcher de vivre et continuer à apprécier de bonnes soirées de temps en temps, mais la prochaine fois que vous serez au bar, posez-vous une simple question « est-ce que j’ai vraiment besoin de boire un cocktail à 12€ ou puis-je me contenter d’un jus de tomate à 5 ? »

  • La pharmacie tu fréquenteras moins

Un dernier point important dans ce mode de vie naturel, savez-vous combien vous dépensez en médicaments toute l’année ? Un mal de tête et hop un doliprane, des maux de ventre et hop un spasfon, une indigestion et hop un Maalox, des vitamines pour la fatigue, du sirop pour la gorge, pour le transit… La liste est longue !

C’est pour cela que consommer sain vous aidera également à vous sentir mieux, à vous tourner vers les huiles essentielles pour certains maux ou à vous accompagner avec des plantes. J’avais tendance à toujours être malade, ma maison et mon bureau étaient une vraie pharmacie et depuis plusieurs mois j’équilibre mon alimentation en fonction de mes besoins, je bois une tisane quand une cystite pourrait pointer le bout de son nez, je garde ma menthe poivrée sous la main pour les maux de tête, je consomme peu de gluten pour éviter les maux de ventre et la fatigue, etc.

J’espère que tous ces arguments sauront vous convaincre, ils sont basés sur mon expérience, chacun est différent bien sûr, n’a pas la même santé et les mêmes besoins, mais je tenais vraiment à prêcher la bonne parole et casser les idées reçues que l’on peut se faire sur ce mode de vie.

A très vite ! 🙂

Les superaliments au service de votre santé

Pas besoin de prendre des tonnes de médicaments ou compléments chimiques pour améliorer sa santé au quotidien. La nature regorge de super aliments à la portée de tous ! Vous ne savez pas trop lesquels prendre ? Suivez le guide !

Les graines germées 

C’est un concentré d’énergie, elles sont riches en vitamines et en enzymes qui permettent une bonne digestion. Plusieurs sortes de graines existent : de légumineuses, de céréales, de légumes ou d’oléagineux, rendues plus digestes grâce au processus de germination. Pensez à ne pas les consommer après la date de péremption, bien les prendre fraiches !

Le jus d’herbe 

Il purifie grâce à sa concentration de chlorophylle, alcalinisant du terrain, il est réalisé à partir de jeunes pousses de blé, d’orge et/ ou de luzerne. Il se consomme déshydraté à diluer dans un verre d’eau. Si son jus prononcé vous perturbe, vous pouvez l’ajouter à un jus de légumes ou une soupe.

L’ail

Antibactérien, antifongique, antiviral, anticholestérol, anticancer, vous pouvez en manger tous les jours cru ou cuit. Mais non ne pensez pas à votre haleine…

Gelée-Royale-bio-superalimentLa gelée royale 

Elle est très riche en vitamines B5, elle constitue à la base la nourriture des larves d’abeilles et de leur rein. Elle est très efficace pour nous aider à résister au surmenage et nous remettre sur pied. Elle n’est pas donnée, vous pourrez la retrouver dans des gélules combinée avec de l’acerola par exemple.

Le curcuma 

Il est anti-inflammatoire, protecteur digestif, anti-infectieux et anticancer. Cette épice est aussi très bonne pour remettre sur pied le foie, souvent le premier organe responsable de dysfonctionnements.

Les baies 

Goji de l’Himalaya, açaï du Brésil, aguaymanto du Pérou ou encore cranberry d’Amérique du Nord… Les baies regorgent d’antioxydants. Et la cranberry est bien connue pour lutter contre les cystites (à consommer concentrée bio sans sucre, en baies séchées et en tisane).

La grenade 

Son jus constitue la plus antioxydante des boissons (et oui encore plus que le magique thé vert !). Antiinflammatoire et circulatoire, elle prévient les cancers de la prostate et calme les diarrhées. Attention aux boissons vendues dans le commerce souvent agrémentées de sucre.

L’acerola 

Elle contient de la bêta-carotène, du phosphore ainsi que des minéraux tels que le calcium, fer, magnésium ou potassium. Très efficace pour faire une cure avant le printemps et l’hiver pour redonner un bon coup de boost.

guarana-superalimentLe guarana 

Puissant stimulant physique et intellectuel, il permet de faire face à la vie : journées chargées, examens, décalages horaires, fêtes, etc. Il favorise l’élimination des graisses et réduit la sensation de faim. Légèrement euphorisant, il peut être utilisé en tant que substitut par les personnes habituées aux excitants (mais à consommer avec modération).

La maca

La maca procure une sensation de bien être et d’énergie. Racine de vie, elle améliore la spermatogénèse et l’ovulation, renforce en douceur entrain, envie de vivre, vitalité sexuelle, mémoire, récupération. Elle est même présentée comme aphrodisiaque !

La klamath

Elle entraine une sensation générale d’énergie ainsi qu’une meilleure faculté de concentration. La présence dans la  phényléthylamine, un acide aminé structurellement proche des amphétamines et des catécholamines (ni dépendance ni effets secondaires), impact le bien être, l’humeur, les facultés mentales et le comportement émotionnel.

La spiruline 

Elle favorise un bon équilibre et renforce la vitalité. La spiruline est considérée comme une source de protéines considérable puisqu’elle en contient plus de 60%. Conseillée donc pour les sportifs pour se muscler ou pour les végétariens en carence à cause d’un manque d’équilibre dans leur alimentation (pas bien !)

Pensez également à manger du cacao cru, de l’huile de coco, des fruits secs, des oléagineux, du miel, des graines (chia, courge, lin), des épices… de vrais alliés SANTÉ !

Voilà j’espère que cela vous donne envie d’en tester. N’hésitez pas si vous avez des questions 🙂

Prenez soin de votre santé en fonction de votre tempérament

En naturopathie, il existe 4 tempéraments, des typologies qui remontent au temps d’Hippocrate et permettent de se connaitre davantage et de prendre soin de sa santé en fonction de ce dernier. Ils déterminent un type de physique, de caractère, une santé et une nutrition à adopter.

Même si il est parfois difficile de savoir dans quelle case exacte on se trouve, en se posant les bonnes questions et en lisant les différents profils on peut deviner à quelle catégorie on appartient. Et sachez que la plupart du temps, chaque tempérament et ses caractéristiques s’avèrent plutôt très justes !

home_nutrition_info

Le lymphatique :

Physique : assez imposant, dilaté et peu ferme. Peau plutôt froide et humide, n’aime pas le froid et l’humidité. Il a tendance à prendre très facilement du poids et stock facilement les graisses.

Caractère : Assez convivial mais discret. Il est gourmand, fidèle, sensible et bon vivant. Il a tendance à se laisser vivre, suivre le mouvement et n’aime pas trop le sport.

Santé : Il est disposé à avoir des problèmes digestifs, de surpoids, de rétention d’eau, de circulation et cardio-vasculaires. Les régimes sont peu efficaces et assez nocifs.

Alimentation : Il abuse souvent des bonnes choses et aime partager avec ses amis. Ce dernier doit privilégier les légumes et fruits cuits, limiter les aliments acides, éviter les laitages et les plats préparés (gras et sucrés), faire attention au froid et manger très peu de céréales (blé, maïs, etc).

Le sanguin : 

Physique : Assez trapu avec un grand thorax, plutôt chaud, dynamique et costaud. La peau est plutôt chaude et humide et les femmes sont parfois un peu masculine physiquement. Résiste fortement aux abus et maladies, mais à tendance à ne pas s’écouter et s’économiser. Il peuvent fumer, boire et manger jusqu’au jour où cela posera problème…

Caractère : Assez extraverti, actif, il aime la compétition et peut être territorial. Il peut sembler superficiel et infidèle ainsi que jaloux. Il peut être colérique mais peu rancunier. Il aime les sensations fortes, les sports d’équipe et se sentir utile.

Santé : Il est prédisposé aux maladies cardio-vasculaires et aux allergies. A cause de son alimentation en excès, il abusera des bonnes choses pendant des années avant de tomber malade et d’éventuellement développer un cancer dans les cas les plus graves.

Alimentation : Elle est assez chaotique, voici quelques conseils : manger assez de protéines, assez de glucides si il pratique un sport, manger beaucoup de légumes et fruits plutôt crus, bien boire et éviter les aliments acides.

Le bilieux :

Physique : Il est fin, musclé et dynamique. Il préfère les sports individuels et extrêmes. Il se rapproche du nerveux mais en plus fin, il se muscle facilement avec du sport mais peut s’empâter sans activité.

Caractère : Assez individualiste, il est attiré par les responsabilités et le pouvoir. Il a plutôt confiance en lui, a de l’ambition et l’envie de se dépasser. Il est plutôt créatif, fidèle et aime le changement.

Santé : Il a le foie et le système digestif fragile. Il peut abuser et ne pas s’écouter. Il peut souffrir de problème d’acidité et ostéo-articulaires.

Alimentation : Avec une digestion difficile, il faut faire attention à l’acidité et aux excitants, manger des quantités raisonnables, manger beaucoup de fruits et légumes, et enfin préféré le frais.

Le nerveux : 

Physique : Assez fin et sec, la peau plutôt froide et sèche. Il aime pas trop le sport et se tournera plutôt vers le yoga ou les disciplines douces. Il a des capacités physiques et une résistance parfois limités.

Caractère : Il a de fortes capacités mentales et un grand besoin de sécurité. Il est assez extrémiste, aime les plaisirs solitaires et le contrôle sur les choses. Plutôt distant, il peut paraitre froid. Il veut souvent tout comprendre et peut posséder une grande sagesse. Il a tendance à bien mettre de l’argent de coté et être perfectionniste et organisé dans son travail.

Santé : N’aime pas trop les sports alors que cela peut le calmer. Tendance au stress, à l’insomnie, aux maladies du système nerveux et digestifs. Il est assez frileux.

Alimentation : Tout le temps sur tous les fronts, voici quelques conseils : prendre plutôt 4 ou 5 petits repas, bien mâcher (mais comme pour tout le monde !), manger des légumes cuits, ingérer assez de magnésium et vitamines B, manger assez de poisson et limiter les crudités.

Maintenant que vous savez tout ça j’espère que vous prendrez soin de votre petite santé. Notre corps est notre vaisseau pour toute la vie, alors prenons-en soin ! 🙂

Un petit-déjeuner adapté en hiver

Vous vous demandez souvent ce qu’il est bon de manger le matin pour passer une bonne journée. Ce qui est sûr c’est qu’il faut accumuler assez d’énergie pour tenir jusqu’à midi sans être affamé(e) mais pas n’importe quels aliments. Et nous ne devons pas manger la même chose selon les saisons.

Alors voici quelques conseils pour un petit-déjeuner équilibré en hiver selon une bonne hygiène de vie en naturopathie !

12742014_996136103758875_6347580995458158706_nBoisson chaude au choix :

  • thé vert ou maté vert
  • cacao léger, dégraissé et bio
  • café léger et peu torréfié

Ne pas sucrer ! Ou très peu avec du sirop d’agave ou de la stevia.

Différentes options pour les aliments :

  • soupe de légumes si vous avez la fibre campagnarde.
  • des fruits secs (noix de Pécan, de Macadamia, pignons de pin, noisettes…) + fruits séchés (pruneaux, figues, dattes, mangues, pommes…) et si besoin un peu de fromage de chèvre ou brebis mi-frais.
  • tartines de pain bio au levain + beurre frais (très peu) ou purée d’oléagineux (amandes, sésame, noisettes…) + compote si besoin. Evitez la confiture souvent trop acide et indigeste avec le pain.
  • tartines de pain bio au levain + oléagineux + graines germées + pollen frais + jus de légumes crus (hors tomate). Cette option comme vous le constatez s’adresse en général aux gens déjà habitués à ce type de nourriture 🙂

Vous l’avez compris il s’agit de bannir les mauvaises céréales de marques trop sucrées, le Nutella ou encore les mauvaises boissons.

IMG_20160220_120334Les conseils ci-dessus correspondent à un bon équilibre en naturopathie mais rien ne vous empêche de vous en inspirer et de l’agrémenter à votre goût (comme moi sur la photo ci-dessus). Le plus important est de bannir les mauvais sucres et les mauvaises graisses et de miser sur le naturel !

Lorsque reviendra l’été je vous parlerai du petit-déjeuner adapté 😉

Bon appétit !

Résumé du reportage « Un monde sans viande »

France 5 a diffusé le reportage « Un monde sans viande » ce mardi 16 février. Peut-être avez-vous préféré regarder la Nouvelle Star (je ne vous blâme pas, moi aussi…) mais je l’ai enregistré car je tenais vraiment à le voir. Voici donc le résumé écrit et détaillé !

Pour ceux qui veulent voir le replay c’est par ici.

Capture d’écran 2016-02-17 à 17.13.54Au rythme où vont les choses, les scientifiques annoncent une pénurie : nous sommes 7 milliards d’hommes, nous serons 2 milliards de plus en 2050, si on ne change pas nos habitudes il faudra produire 2 fois plus, mais nous arrivons déjà à saturation.

L’élevage est le facteur de pollution qui contribue le plus au réchauffement climatique, l’industrie  mobilise 30% des terres et consomme 70% de l’eau.

Chaque français mange en moyenne 80kg, ce qui équivaut à 16m2 de forêt remplacée et à la disparition de 15 terrains de foot de végétation. Ce n’est plus une affaire de goût mais question de survie !

La viande est au centre de l’assiette dans l’occident alors que cela devrait être les légumes. Le reportage s’est donc rapproché des gens et industries qui inventent les nourritures de demain.

Capture d’écran 2016-02-17 à 17.07.58Dans le 12ème arrondissement de Paris s’est ouvert La boucherie végétarienne (que je vais tester sans tarder !). Première sur le créneau, elle importe le concept d’un fabriquant aux Pays-Bas. Leurs produits permettent de garder la texture et le goût mais sans viande.

Les recettes sont inspirées du soja en farine, la structure et la consistance sont ressemblantes et l’industriel hollandais s’est déjà inspiré d’une cinquantaine de recettes traditionnelles (par exemple le cordon bleu, équivalent au même prix que chez le boucher classique). La société est implantée dans 38 pays.

Les industriels du futur s’intéressent également aux « flexitariens » : ceux qui réduisent leur consommation de viande mais ne sont pas prêts à s’en passer.

Les magasins se développent de plus en plus, le marché a un fort potentiel et les prix se rapprochent de plus en plus des produits classiques composés de viandes. Un des enquêteurs interviewé est également persuadé que ces derniers rempliront les rayons de nos supermarchés classiques dans les années à venir ! (et c’est tant mieux si les produits restent bons)

Le reportage a néanmoins voulu souligner un point important : attention de ne pas consommer trop de soja car ce dernier est constitué de isoflavones (phyto-oestrogène). Il faut veiller à ne pas en abuser et le taux à ne pas dépasser pour la santé chez les enfants est de 30 grammes par jour.

L’intérêt n’est donc pas de se bourrer de soja mais bien de diversifier son alimentation !

Capture d’écran 2016-02-17 à 17.09.33En Californie, la viande végétale est déjà très développée et les inventions sont nombreuses. Le créateur du burger végétal a un succès fou, il est très bien pour la santé (anti-oxydant, calcium, omega) et les gens trouvent ça bon, pour moins de 3$ ! Ce dernier n’utilise donc pas que du soja mais surtout du pois, de la betterave, du piment, des algues par exemple, avec de nombreuses protéines !

Le marché n’est donc pas prêt de se calmer, 200 millions d’euros ont été investis dans le secteur l’année dernière et c’est tant mieux.

Pour rappel, pour produire un steak animal il faut 1500L d’eau et 1,5k de protéines alors que pour un steak végétal il faut simplement 180L d’eau et 30g de protéines. Si l’élevage disparaissait on pourrait nourrir 27 milliards d’hommes…

L’autre problème majeur est le soja aux OGM très fortement utilisé pour l’élevage industriel : la France a importé 3 millions de ce soja transgénique l’an dernier pour l’alimentation animale…

Ce dernier est cultivé en Amérique du Nord ou du Sud, c’est une véritable catastrophe et il engendre de la déforestation de masse (surtout au Paraguay avec -2,5 millions de forêt) et les populations n’en mangent même pas !

Les enfants subissent des déformations à cause des OGM si les femmes enceintes habitent à moins de 1km d’un champ et les locaux ne peuvent pas acheter de terres pour cultiver à manger car les industriels les possèdent. Ils les occupent illégalement et risquent la mort car la police leur tirent dessus.

Capture d’écran 2016-02-17 à 17.12.01Ensuite, le reportage s’est intéressé à une chaine de restaurant à Paris (le Café Pinson) qui ne se dit pas végétarien mais sain, pour viser un public plus large et ne sert pas de viande, que des produits frais bio ou cuisinés maison.

La créatrice affirme qu’il faut se défaire de cette obsession pour la viande, il faut chercher l’alternative dans la nature et chez le primeur. Imaginez, bientôt un pavillon de 6000m2 sera réservé au bio au marché de Rungis ! Elle parle également de super-aliments comme le Kale, riche en nombreux minéraux qui permettent aux végétariens de combler les carences sans problème.

Pour terminer, Hervé This, chercheur renommé en bio-chimie, pense à une nouvelle façon de se nourrir. Il cuisine les composés purs extraits d’elements naturels ou synthétiques. Pour faire des économies d’énergie il propose de tout déshydrater, ça ne pourrit pas, le poids est réduit et le transport facilité et fini le gaspillage.

Il a inventé la cuisine « note à note » : il mélange par exemple des protéines, de l’eau, de la gélatine, du glucose et de l’huile pour se rapprocher de la composition de la viande puis met de l’extrait de champignons et en ressort une galette qui a le goût de la viande aux champignons.

Il ne cherche pas à s’enrichir ou à lancer de débat politique mais pense simplement à ses enfants et petit-enfants !

Alors les Français sont-ils trop attachés à la gastronomie pour manger autrement ? Malgré la déforestation, le consommateur ne semble pas vraiment prêt à changer… Mais aurons-nous le choix ?

Et bien moi je dis non ! Alors le changement, c’est maintenant 🙂