Browsing Tag

alimentation

Pourquoi et comment pratiquer la monodiète ?

Il y a quelques temps je te parlais du jeûne et pourquoi je ne le pratique pas encore aujourd’hui. Je préfère des techniques alimentaires plus douces telle que la monodiète pour permettre à mon organisme de se régénérer progressivement sans trop le bousculer. Je t’explique tout ici !

Quels sont les bienfaits de la monodiète ?

– Mise au repos en partie du système digestif

Diminution des facteurs d’intoxication intestinale liés au mélangisme (voir mon article sur la dissociation alimentaire)

Amélioration du tonus après le repas

Récupération de l’énergie pour l’autolyse (recyclage des tissus)

Meilleure distribution de l’énergie nerveuse et glandulaire

Diminution des problèmes de peau, des infections, des allergies

Remise en circulation des déchets et évacuation par les émonctoires (reins, poumons, peau et intestins)

Comment le faire en pratique ? 

Pour pratiquer la monodiète il suffit de consommer pour un temps donné (un repas, une journée ou plusieurs jours) un seul aliment choisi pour ses caractéristiques, bio, sans adjonction et en fonction de la saison. Il est également possible de choisir un groupe d’aliment : les légumes verts, les bouillons de légumes, etc. Toujours sans ajout, ni matière grasse bien sûr.

Cette option est beaucoup plus simple à pratiquer que le jeûne et s’intègre facilement au rythme de vie contemporain ainsi qu’à nos besoins quotidiens. Bien sûr le choix des aliments et la durée s’établie selon la vitalité de la personne disponible, sa constitution, son terrain, ses surcharges etc.

Dans la logique d’un équilibre alimentaire, sont interdits : les oléagineux car leur apport lipidique est trop important, les légumineuses à cause de leur tolérance intestinale ainsi que les laitages / fromages car leur teneur en acides gras saturés est trop importante.

L’idéal est de le faire de 2 ou 3 jours complets mais tout le monde ne peut pas se le permettre alors n’hésite pas à en parler avec un naturopathe avant de te lancer.

Il convient d’effectuer une descente alimentaire avant une monodiète de plusieurs jours, avec une éviction des lipides et protéines en amont, ainsi qu’une purge et un lavement avant le 1er repas pour plus d’efficacité. La reprise alimentaire s’effectue de la même façon.

Tu peux bien sûr boire de l’eau et c’est important (une bonne de préférence, achetée en boutique bio) afin que tes reins puissent bien éliminer les déchets. On évite le thé et les tisanes sauf si tu veux ajouter un certain bénéfice particulier à l’aide des plantes de l’infusion.

Même si la monodiète est à volonté, évite de dépasser plus de 3 kg par jour en un minimum de 4 à 5 petits repas par jour. Tu peux aussi envisager une cure par intermittence en alternant des repas légers essentiellement composés de légumes avec des repas exclusivement constitués de raisin ou de pommes par exemple.

Comment s’adapter à la saison ? 

En général on préfèrera faire une monodiète en cohérence avec la saison pour le choix des aliments disponibles et la capacité que possède notre corps à vivre au rythme des différents cycles.

> Automne : cure uvale de raisin, une des plus connue pour ses bienfaits sur de nombreux plans.

> Hiver : le bouillon de légumes sera très adapté pour réchauffer l’organisme.

> Printemps : le pissenlit, la chicorée ou encore le bouleau (en sirops, infusions ou suppléments) seront idéals pour detoxifier l’organisme et nettoyer le foie.

Été : les légumes et fruits frais seront le mieux assimilés lorsqu’il fait chaud.

Bien sûr il sera toujours plus important de prendre en compte le terrain de la personne. Moi qui suis frileuse et les intestins souvent abimés j’évite de faire des monodiète de cru par exemple.

Celle que je pratique le plus souvent et à toute saison est la monodiète de riz : blanc pour les intestins très fragiles ou mi-complet, elle permet de laisser tranquille le système digestif et de réguler la glycémie (l’appel du sucre). Je le fais en général sur un ou deux repas, surtout lorsque je me suis fatiguée, après de gros repas de fête ou encore avant mes règles pour éviter tous les ballonnements qui accentuent mes douleurs.

Quelques exemples de monodiètes intéréssantes

Le riz : comme je t’en parle au dessus, elle permet de laisser tranquille le système digestif et de réguler la glycémie tout en étant simple à pratiquer et très peu couteuse.

La fraise : conseillée pour l’hypertension artérielle.

La cerise : la star pour les arthrites et arthroses. (Attention aux intestins enflammés)

Le raisin : revitalisation générale avec une diminution de la fatigue, stabilisation du système nerveux, régulation du transit et de l’hypertension ainsi que de tous les troubles d’acidose.

L’ananas : connue pour ses propriétés anti-inflammatoires et analgésiques.

La carotte : très riche en vitamines et diurétique.

La pomme : riche en vitamines et polyphénols, en fibres, prévient de nombreux troubles. Facile à intégrer en compote (sans sucre ajouté) ou pomme cuite pour une meilleure digestion.

La banane : riche en magnesium, source de L-tryptophane précurseur de la sérotonine, permet de combattre l’acidose de l’organisme.

Le jus de légumes (et fruits) : consommer un jus pressé à froid à la place d’un ou deux repas permet de nettoyer les intestins tout en continuant à lui fournir des vitamine et nutriments. Cela peut être très intéressant si tu as la force vitale suffisante.

Par exemple sur une semaine je remplace mes petits déjeuner par un jus PAF (il contient 500g de fruits et légumes !) et cela me fait un grand bien, je me sens plus dynamique et les intestins moins fragiles. Tu peux bénéficier de -10% avec le code BONHEURPAF pour les tester si tu veux !

Tu peux faire une monodiète de tous les fruits, légumes et céréales (on évite le gluten) que tu souhaites, tant que cela respecte tes besoins, ta santé et ton terrain. Encore une fois, il est très important de ne pas se lancer à l’aveugle et de demander conseil à son naturopathe en amont.

N’hésite pas à me lancer tes retours d’expériences ou tes questions 🙂

Si cet article t’a plu, tu peux l’épingler sur Pinterest !

La dissociation alimentaire : pourquoi et comment ?

Je t’ai déjà parlé sur le blog des bons réflexes et associations à privilégier dans mes 10 clés pour une alimentation saine.  J’avais aujourd’hui envie de te parler de dissociation alimentaire : séparer les différents types d’aliments pour mieux les digérer et/ou assimiler afin de te sentir mieux après un repas.

Chaque nutriment contenu dans un aliment requiert une digestion spécifique. En effet, à chaque étape de la digestion, un PH (acide ou basique) précis est exigé, et les enzymes ont également chacune leur temps de fonctionnement propre. Par exemple, le PH de la bouche est alcalin et celui de l’estomac très acide, imagine lorsqu’il faut tout gérer en même temps !

Les dangers des mélanges indésirables

  • Si tu mélanges des aliments acides et des farineux, les enzymes salivaires seront inhibées et le pancréas sera surmené. De plus, les molécules d’amidon non dégradées à cause de cela, vont parvenir dans l’intestin où ils fermenteront ce qui provoquera alors des ballonnements et gazs (glamour me diras-tu !).
  • Si tu consommes des fruits crus en fin de repas, le bol alimentaire va rester bloqué dans l’estomac trop longtemps, il va commencer à fermenter et les intestins se retrouveront en souffrance par la suite.
  • Si tu manges trop de protéines associées aux farineux et/ou aux lipides, la phase digestive stomacale sera retardée et conduira les peptides non dégradés dans l’intestin ce qui provoquera des putréfactions dans le côlon gauche et encore des ballonnements !
  • Si tu mélanges les aliments de cette façon pendant des années, ta muqueuse intestinale sera fortement fragilisée, ce qui peut alors conduire à des inflammations chroniques, une perméabilité trop élevée, des réactions allergiques, des maladies inflammatoires voire auto-immunes.

Essaie d’éviter au maximum les plus indésirables : les fruits au dessert, les entrées très vinaigrées avant un plat de farineux, et les grosses portions de protéines au même repas que de grosses portions de farineux.

La règle des proportions : Dissocie ou prends de très petites quantités de protéines fortes (viandes, oeufs, fromages, poissons) et d’amidons forts (céréales).
La règle de concentration : Associe les protéines faibles (végétales) avec les amidons forts. Associe les protéines fortes avec les amidons faibles (galette de riz, pomme de terre, etc).

Les avantages de la dissociation

– Une meilleure digestion et assimilation des nutriments

– Une perte de surpoids (qui se stabilise)

– Une disparition des symptômes chroniques

– Une « restriction » peu compliquée à mettre en place chez soi et à l’extérieur

Exemple de menu optimal

– Des crudités fraiches en entrée.

– Une base protéique (poisson gras, oeufs, coquillage ou fromage de chèvre) OU 3/4 céréales + 1/4 légumineuse si tu es végéta*ien.

– Un complément de légumes cuits dont des légumes verts et surtout des farineux.

– Un dessert facultatif et très peu sucré : pommes au four, un carré de chocolat noir (on a dit un seul !) 🙂

 

J’espère que cet article t’a été utile et te permettra de te sentir bien après tes repas et au quotidien.

S’il t’a plu, n’hésite pas à partager l’infographie :

10 clés pour une alimentation saine

Avec l’approche de l’été et mon évolution personnelle, j’avais envie de vous parler d’alimentation. Non pas de régime pour mincir ou perdre des kilos mais bien d’une hygiène de vie pour être en meilleure santé et bien dans son corps. Ce n’est pas une programme précis que vous devez absolument suivre, mais quelques conseils que vous pourrez mettre en place au fil du temps, avec bienveillance, lorsque vous en aurez envie. 

 

1- S’alléger quantitativement

  • Évitez de vous resservir lorsque vous n’avez plus vraiment faim.
  • Supprimez la ration de produits industriels au maximum dans vos repas.
  • Diminuez le vin et le pain au quotidien de 30 à 50%.

2- Remplacer les produits raffinés par des produits complets

Voici les équivalences que vous pourriez mettre en place : 

  • le pain blanc par du pain au levain ou complet bio, du pain des fleurs, du pain Essene, des galettes soufflées Lima ou encore des biscottes Lima ou Favrichon
  • les pâtes blanches par des pâtes bio, au sarrasin, ou sans gluten
  • le riz blanc par du riz demi-complet 
  • le lait de vache par du lait végétal
  • les charcuteries par des pâtés végétaux
  • le beurre par du beurre allégé bio, des margarines végétales bio, des purées d’amandes, sésame, noisettes, cajou…
  • les huiles raffinées par des huiles vierges de premières pressions à froid bio (olive, colza, cameline, chanvre, sésame, tournesol, carthame, courge, noix, lin, soja…)
  • les bouillons de viande par du miso, des cubes morga ou du tamari
  • les pâtisseries et biscuits de farines raffinées et sucrées par des biscuits à la farine complète, si possible au levain, peu sucrés et pâtisseries maison légères
  • le chocolat et les confiseries par quelques chocolats bio, des plaques de caroube, des fruits séchés, des barres énergétiques aux céréales ou aux fruits secs…
  • les apéritifs par du jus Breuss de légumes, de l’hydromel ou du vin de noix bio
  • les vins classiques par des vins bio et/ou bio-dynamiques
  • le sel raffiné par du sel complet gris, de l’herbamare, du tamari, du gomasio ou du Sapori
  • les sirops, limonades et Coca par des jus 100% jus de fruits ou légumes/infusions, menthe, cannelle, réglisse, anis, malt, milk-shake bio (lait végétal et fruits)

3- Déplacer les fruits crus du dessert loin des repas

  • Ils se digèrent rapidement hors de l’estomac et peuvent stagner plusieurs heures.
  • Ils peuvent alors provoquer fatigue, fermentations acides et troubles digestifs.
  • Les consommer plutôt une heure après le repas, ou pendant la pause du matin ou de l’après-midi.

4- Introduire un plat cru de légumes par jour ou par repas

  • Les vitamines et enzymes sont toujours plus vivants dans le cru (surtout si les aliments sont bio)
  • Si vous êtes de nature colitique ou avez les intestins fragiles : préférez les jus crus ou dilués.

5- Diminuer sa ration de viande

  • Sauf exception, il y a aucun argument scientifique qui ne peut justifier sa consommation.
  • Vous pouvez remplacer les viandes par du poisson bio, des œufs bio, du fromage de chèvre/brebis bio, du tofu, du Seitan, du Tempeh ou par une association de protéines végétales (2/3 féculents + 1/3 légumineuses).
  • La naturopathie ne conseillera que rarement le végétalisme sur le long terme mais le végétarisme est souvent prôné car il s’agit du régime le plus proche de notre nature. 
  • Une bonne alternative pour les enfants si nécéssaire : lait cuit (plus digeste) et féculents (gâteau de riz ou de semoule)

6- Supprimer tous les sucres industriels

  • Ils surmènent le pancréas, le foie et les surrénales.
  • Ils abiment les dents, les réserves minérales, nos articulations, nos tubes digestifs et système immunitaire.
  • Vous pouvez remplacer le sucre blanc raffiné ou roux par du sucre complet ou intégral, du sirop d’agave, du sucre de coco, du sucre d’orge, de la Stévia, etc. 
  • N’hésitez pas à vous renseigner sur les indices glycémiques et la provenance de ces alternatives.

7- Oublier peu à peu les excitants

  • De temps en temps ils sont acceptables pour le plaisir ou la nécéssité mais attention à l’accoutumance.
  • Remplacez le café par : de la chicorée, du malt soluble et parfois du café bio, moka arabica d’Ethiopie ou du Brésil, de préférence blonds.
  • Remplacez le thé classique par du thé maté, du thé Mû, sencha ou hibiscus, préférez le thé vert bio ou encore des tisanes bio.
  • Remplacez le chocolat chaud par de la poudre de caroube ou encore un carré de chocolat bio fondu dans du lait végétal. 

8- Adopter une eau de table correcte

  • L’eau communique rapidement avec notre sang, notre lymphe et nos tissus, d’où l’importance de ne pas boire n’importe quoi.
  • Les meilleures eaux en vente : Mont Roucous, Rosée de la reine, Lauretana, Sancy, Montagne, SPA, Volvic, Katelroc, Roxane et Evian (tolérée).
  • Vous pouvez aussi dynamiser votre eau : la secouer fortement, l’ensoleiller, jus de citron bio puis agiter, magnétisme, conteneurs aimantés, fleur de vie, etc.

9- Mâchez !

  • Permet une meilleure digestion et assimilation, une modération quantitative, une économie d’énergie nerveuse et glandulaire et une survitalisation par une meilleure assimilation énergétique. 
  • Est nécéssaire pour briser correctement les fibres et les enveloppes cellulosiques des graines et des céréales.
  • Permet de libérer les hydrates de carbone et les protéines dans l’organisme.
  • Si vous ne mâchez pas assez, cela peut provoquer une irritation du  et malnutrition (surtout végéta*iens)

10- La joie de la table

  • Essayez de toujours manger en conscience, sans faire 3 choses à la fois.
  • Prenez plaisir, évitez la frustration et la culpabilisation. Si un jour vous êtes plutôt salade et le lendemain assiette de pâtes alors c’est très bien ! 

Découvre cet article sous forme d’infographie et partage-le !

 

N’hésite pas à l’épingler sur Pinterest !

alimentation-saine

5 bonnes raisons d’aimer les graines de Chia

Vous avez surement entendu parler des graines de chia autour de vous ? En plus d’être à la mode elle ont de nombreuses propriétés bonnes pour la santé. Originaires du Mexique et des zones montagneuses du Pérou, elles étaient très consommés par les Mayas et les Aztèques. Voici 5 bonnes raisons de les consommer dans vos plats !

1. Riche en fibres solubles

Elles aident au transit et à la digestion, en plus permettent de remplacer dans quelques recettes l’oeuf non consommé par les vegans par exemples. Elles absorbent jusqu’à 7 fois leur poids en liquide et permettent de créer le fameux chia pudding ! (Une cuillère à soupe de Chia pour 3 cuillères à soupe de lait végétal par exemple). De plus étant donné que la graine gonfle dans l’estomac, elle permet de combattre les fringales et aide en cas de restriction alimentaire.

2. Sources de protéines

Elles contiennent de nombreuses protéines complètes (23%), qui sont elles mêmes indispensables pour être en bonne santé. Elles en contiennent 2 fois plus que la plupart des graines connues. Une fois de plus si vous consommez peu ou pas de viande c’est un super complément à intégrer dans votre routine alimentaire.

3. Elles sont pleines de bons Omega 3

Elle est la source végétale la plus riche en Oméga 3, nécéssaire pour combattre les maladies liées à l’inflammation, pour fluidifier les artères, protéger du mauvais cholestérol, du stress et toutes les maladies cardiovasculaires. Ces derniers sont aussi réputé pour nourrir le système nerveux et ainsi combattre la depression et la fatigue nerveuse.

4. Elles sont pleine de vitamines et mineraux

Elles contiennent des vitamines E et B nécéssaire au bon fonctionnement du corps. De plus elles ont 5 fois plus de calcium que dans le lait ! Vous trouverez également 2 fois plus de potassium que dans la banane mais également du fer et de la vitamine C. Tout cela sans gluten, sans sodium et sans aucun problème de conservation !

5. Elles sont anti-oxydantes 

Afin de lutter contre les effets du vieillissement et protéger votre système cardio-vasculaire, les graines de Chia contiennent des anti-oxydants puissants tels que les acides chlorogénique et caféique. Elle contient également du zinc qui agit lui aussi sur le vieillissement de la peau.

Je vous invite à lire l’article de ma copine Citron Gingembre qui en parle également et vous donne ses astuces et recettes 🙂

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à l’épingler sur Pinterest ! 

 raisons-graines-chia

Pourquoi je fuis le lait de vache

Cela fait un petit moment que je voulais vous parler de ce thème, et en tant que future naturopathe, le lait est un sujet que l’on aborde régulièrement. On entend beaucoup de choses, des rumeurs, des vérités, des gens qui ne savent pas trop de quoi ils parlent… N’hésitez pas à lire ce qui suit mais également à vous renseigner ailleurs et à vous forger votre propre opinion au fil de temps.

« Il faut boire un verre de lait par jour »… Faux.

Depuis des années l’industrie a répété que les produits laitiers sont nos amis (pour la vie lalala), sont bons, et même essentiels pour la santé. Or de nombreuses études s’accumulent depuis ces dernières années pour dénoncer des problèmes de santé liés à sa (sur)consommation.

L’industrie laitière influe sur la plupart des organismes de recherche et/ou de communication sur les rapports entre la nourriture et la santé. De plus comme le dit Thierry Souccar dans son livre Lait, mensonges et propagande : « La stratégie des producteurs de lait et de produits laitiers est donc particulièrement efficace et puissante, reposant sur l’établissement de liens étroits et réguliers avec des médecins, des chercheurs (d’ailleurs souvent naïvement persuadés de l’intérêt des laitages), et surtout des organismes publics…« 

L’industrie laitière est donc une énorme machine qui dispose de nombreux lobbyistes, diététiciens, consultants en communication… mais tout cela dissimule beaucoup de choses.

Nous ne devrions pas boire de lait de vache

Le lait de vache est bon pour le veau comme le lait maternel est bon pour nous quand nous sommes bébé. Le lait de chaque mammifère est adapté aux besoins de chaque espèce. Et après la période se sevrage le veau ne boit plus de lait pour sa croissance, alors pourquoi le faire nous ? 

Beaucoup plus riche que le lait maternel humain, ce dernier permet au veau de grossir très rapidement, mais pour nous quel en est l’interêt ? De nombreuses études ont d’ailleurs prouvé que 75% de la population mondiale était intolérante au lait mais ne le sait pas vraiment. 

En plus d’augmenter le cholestérol et les graisses dans le sang, il contient trois fois plus de caséine que le lait maternel humain. Cette dernière étant considérée comme une « colle », elle finit par encrasser l’organisme et créer de nombreuses réactions inflammatoires ou allergiques.

Vous allez me dire « mes grand-parents buvaient du lait et ils vont bien ».

Oui mais à l’époque ils n’en buvaient qu’en quantité raisonnable, les pesticides n’étaient pas aussi nombreux et surtout… l’élevage intensif non plus. Car le problème est qu’aujourd’hui l’industrie laitière a réussi à transformer une vache en une « usine à lait », produisant jusqu’à 10.000 litres de lait par an.

Vous pensez alors bien que les vaches ne sont pas faites pour produire de telles quantités de lait, elles développent des infections du pis (qu’on appelle mamittes) et tout cela se retrouve dans le lait extrait…

Un problème pour l’industrie ? Pensez donc ! Hop de grandes doses d’antibiotiques sont données aux vaches, qui finissent eux aussi dans notre lait. Et le gros problème étant que les enfants (gros consommateurs avec leurs céréales du matin) sont très fragiles face aux quantités d’antibiotiques trop élevées, et cela abime leur système immunitaire.

Enfin d’après Robert Cohen, biologiste et chercheur auteur de Milk, the deadly poison, le lait favoriserait également les risques de cancers, d’ostéoporose, et de maladies cardiovasculaires…

Et après où trouve t-on le calcium ? 

2016-06-07-18-54-39Selon la propagande dont je vous parlais plus haut, le lait serait le seul aliment à contenir assez de calcium et que vous en avez besoin pour éviter tous risques d’ostéoporose et problèmes osseux…

Mais alors comment expliquer que les Asiatiques qui ne boivent pas de lait de vache n’aient jamais développés ce type de maladies alors que les Américains qui se gavent de lactose en souffrent énormément ?

Car en fait le lait de vache est bien trop riche en protéines et pour le digérer notre organisme mobilise son propre calcium… Un comble non ?

De plus pour absorber le calcium, le corps a besoin de magnésium. Or il y en a très peu dans le lait de vache, ce qui contribue aussi à rendre le calcium du lait très peu assimilable par l’organisme humain…

Je bois quoi alors le matin avec mes céréales ? 

Pour cela il faut retourner à la source de l’alimentation de la vache… les végétaux. Car c’est dans la nature qu’elle assimile tout ce dont nous avons besoin, or nous pouvons directement ingérer tout cela sans avoir besoin de boire son lait.

  • les légumes (le chou, brocolis, asperges, épinards, cresson…)
  • les céréales (avoine, riz, épeautre…)
  • les oléagineux (amandes, noix, noisettes…)
  • les légumineuses (haricots, lentilles…) ;
  • les fruits secs (figues, dattes, raisins, abricots…)
  • mais également le persil, les graines de sésame et le soja.

Souvent ces sources combinent même calcium et magnésium alors imaginez le bénéfice 2 en 1 !

Pour ma part j’alterne entre différentes boissons que je me procure en magasin bio ou même dans les épiceries comme Franprix ou Carrefour.

Pensez au :

  • lait de soja (souvent renforcé au calcium végétal)
  • lait de riz
  • lait d’amandes
  • lait de noisettes
  • lait d’avoine

C’est rigolo d’en tester plusieurs ! Vous pouvez aussi découvrir les yaourts au lait de soja qui sont très bons et de bonnes alternatives pour les accros aux desserts.

Alors attention, je ne fais ni leçon de morale, ni n’oblige personne. Mais je tenais à vous en parler car j’ai beaucoup de personnes de mon entourage qui en consomme encore beaucoup et se retrouvent avec de nombreux problèmes de santé. De plus je ne suis pas extrémiste ni vegan et je m’autorise de manger un peu de fromage aux repas de famille ou de craquer sur des desserts à base de lait de temps en temps.

Je consomme aussi parfois des yaourts au lait de brebis ou chèvre bio pour continuer à manger quelques laitages au quotidien. Et si comme moi vous avez un conjoint accro à ses habitudes, essayez de le convaincre d’acheter du bio… c’est toujours plus sain que le lait bon marché rempli d’antibiotiques et pesticides…

Tout est une question d’équilibre comme d’habitude, de curiosité et d’information ! 🙂

Cet article t’a été utile ? N’hésite pas à le partager sur Pinterest ! 

Faut-il fuir le gluten ?

En ce moment vous ne pouvez pas être passé(e) à côté de la mode du « sans gluten ». En retard par rapport à certains autres pays, la France entre peu à peu dans cette frénésie du « gluten-free », « vegan », « lactose-free », etc. Mais est-ce un effet de mode ou un vrai mode d’alimentation à adopter ? Pas facile de s’y retrouver.

2016-05-11-12-05-16Au temps de nos ancêtres, ces derniers se nourrissaient exclusivement de cueillette et de chasse. Puis il à 5 000 ans, l’agriculture et l’élevage sont arrivés et ont modifiés nos manières de nous nourrir, de plus nous sommes devenus de plus en plus sédentaires.

C’est alors que l’homme a découvert les céréales et les produits laitiers. Or notre corps n’a pas tellement évolué depuis nos ancêtres, et les enzymes présents dans notre corps ont souvent du mal à digérer ces céréales que nous ingérons de plus en plus, souvent en quantité bien trop importante !

Avec l’arrivée de l’alimentation industrielle, les molécules ont également évolué. Le blé par exemple possédait 14 chromosomes et en possède aujourd’hui 42… Imaginez la transformation radicale. Cela crée davantage de difficulté aux enzymes présentes dans nos intestins pour digérer ces nouveaux aliments.

Lorsque l’on parle de gluten, il s’agit la plupart du temps en majorité du blé. Sauf pour les personnes vraiment allergiques ou intolérantes au gluten (dépistage par prise de sang), supprimer ou rationner le blé est souvent déjà une grande révolution.

Les signes qui peuvent alerter concernant une mauvaise digestion du gluten : flatulences, constipation, fatigue, dépression, nervosité, éruptions dermiques, sueurs.

Certaines personnes n’auront jamais de souci, digèrent très bien au quotidien et n’ont pas à se poser la question. Quoique essayez tout de même de ne pas manger de gluten le midi… vous verrez que le coup de barre après le déjeuner sera beaucoup plus facile à encaisser 😉

Pour savoir si vous êtes concerné(e), faites le test ! Supprimez dans un premier temps le blé pendant un mois et voyez comment vous vous sentez. Mieux ? Cela risque d’être le cas pour beaucoup d’entre-vous…

Poussez l’expérience plus loin et supprimez toutes les céréales à base de gluten : blé, kamut, épautre, orge, avoine, seigle. Si là également vous ressentez une différence c’est certainement que le gluten n’est pas votre ami.

Voici les céréales sans gluten à privilégier : riz (semi-complet pour éviter la constipation), maïs, millet, quinoa, sarrasin, etc. Certaines personnes ne tolèrent vraiment aucune céréale, dans ce cas là vous pouvez également faire le test de toutes les supprimer mais cela reste plus rare.

Si vous êtes vraiment sensible aux céréales, le meilleur régime pour vous est celui de nos ancêtres les chasseurs-cueilleurs : protéines animales (oeuf, poisson, viande maigre), légumes, fruits et graines ; en évitant au maximum les céréales et les laitages.

Pour conclure, je rappelle que tout est encore une question d’équilibre. A titre personnel j’évite le gluten la plupart du temps mais je ne m’empêcherai pas de vivre pour autant. Si j’ai envie de me faire un plat de pâtes dans un restaurant italien ou de manger un peu de pain parfois, alors je le fais. Le tout est de connaitre son corps et de savoir ce qui est bon pour soi !

P.S: Non le gluten ne fait pas grossir, il n’est pas question de régime ou de poids mais d’assimilation des aliments et de santé. 

Prenez soin de votre santé en fonction de votre tempérament

En naturopathie, il existe 4 tempéraments, des typologies qui remontent au temps d’Hippocrate et permettent de se connaitre davantage et de prendre soin de sa santé en fonction de ce dernier. Ils déterminent un type de physique, de caractère, une santé et une nutrition à adopter.

Même si il est parfois difficile de savoir dans quelle case exacte on se trouve, en se posant les bonnes questions et en lisant les différents profils on peut deviner à quelle catégorie on appartient. Et sachez que la plupart du temps, chaque tempérament et ses caractéristiques s’avèrent plutôt très justes !

home_nutrition_info

Le lymphatique :

Physique : assez imposant, dilaté et peu ferme. Peau plutôt froide et humide, n’aime pas le froid et l’humidité. Il a tendance à prendre très facilement du poids et stock facilement les graisses.

Caractère : Assez convivial mais discret. Il est gourmand, fidèle, sensible et bon vivant. Il a tendance à se laisser vivre, suivre le mouvement et n’aime pas trop le sport.

Santé : Il est disposé à avoir des problèmes digestifs, de surpoids, de rétention d’eau, de circulation et cardio-vasculaires. Les régimes sont peu efficaces et assez nocifs.

Alimentation : Il abuse souvent des bonnes choses et aime partager avec ses amis. Ce dernier doit privilégier les légumes et fruits cuits, limiter les aliments acides, éviter les laitages et les plats préparés (gras et sucrés), faire attention au froid et manger très peu de céréales (blé, maïs, etc).

Le sanguin : 

Physique : Assez trapu avec un grand thorax, plutôt chaud, dynamique et costaud. La peau est plutôt chaude et humide et les femmes sont parfois un peu masculine physiquement. Résiste fortement aux abus et maladies, mais à tendance à ne pas s’écouter et s’économiser. Il peuvent fumer, boire et manger jusqu’au jour où cela posera problème…

Caractère : Assez extraverti, actif, il aime la compétition et peut être territorial. Il peut sembler superficiel et infidèle ainsi que jaloux. Il peut être colérique mais peu rancunier. Il aime les sensations fortes, les sports d’équipe et se sentir utile.

Santé : Il est prédisposé aux maladies cardio-vasculaires et aux allergies. A cause de son alimentation en excès, il abusera des bonnes choses pendant des années avant de tomber malade et d’éventuellement développer un cancer dans les cas les plus graves.

Alimentation : Elle est assez chaotique, voici quelques conseils : manger assez de protéines, assez de glucides si il pratique un sport, manger beaucoup de légumes et fruits plutôt crus, bien boire et éviter les aliments acides.

Le bilieux :

Physique : Il est fin, musclé et dynamique. Il préfère les sports individuels et extrêmes. Il se rapproche du nerveux mais en plus fin, il se muscle facilement avec du sport mais peut s’empâter sans activité.

Caractère : Assez individualiste, il est attiré par les responsabilités et le pouvoir. Il a plutôt confiance en lui, a de l’ambition et l’envie de se dépasser. Il est plutôt créatif, fidèle et aime le changement.

Santé : Il a le foie et le système digestif fragile. Il peut abuser et ne pas s’écouter. Il peut souffrir de problème d’acidité et ostéo-articulaires.

Alimentation : Avec une digestion difficile, il faut faire attention à l’acidité et aux excitants, manger des quantités raisonnables, manger beaucoup de fruits et légumes, et enfin préféré le frais.

Le nerveux : 

Physique : Assez fin et sec, la peau plutôt froide et sèche. Il aime pas trop le sport et se tournera plutôt vers le yoga ou les disciplines douces. Il a des capacités physiques et une résistance parfois limités.

Caractère : Il a de fortes capacités mentales et un grand besoin de sécurité. Il est assez extrémiste, aime les plaisirs solitaires et le contrôle sur les choses. Plutôt distant, il peut paraitre froid. Il veut souvent tout comprendre et peut posséder une grande sagesse. Il a tendance à bien mettre de l’argent de coté et être perfectionniste et organisé dans son travail.

Santé : N’aime pas trop les sports alors que cela peut le calmer. Tendance au stress, à l’insomnie, aux maladies du système nerveux et digestifs. Il est assez frileux.

Alimentation : Tout le temps sur tous les fronts, voici quelques conseils : prendre plutôt 4 ou 5 petits repas, bien mâcher (mais comme pour tout le monde !), manger des légumes cuits, ingérer assez de magnésium et vitamines B, manger assez de poisson et limiter les crudités.

Maintenant que vous savez tout ça j’espère que vous prendrez soin de votre petite santé. Notre corps est notre vaisseau pour toute la vie, alors prenons-en soin ! 🙂