All Posts By

Bonheur au naturel

5 plantes à avoir chez vous pour soulager vos maux quotidiens

Nous utilisons les plantes médicinales depuis la nuit des temps. C’est pourquoi j’ai pris un grand plaisir à vous sélectionner cinq plantes aux multiples propriétés. Car une plante peut nous soutenir pour différents maux, c’est bien là la magie de la nature. Elles peuvent nous aider un temps pour soulager notre digestion, nos nuits trop courtes, nos douleurs menstruelles et bien plus. Le mieux est encore est de les consommer non comme anti-symptôme mais nous accompagner dans notre quotidien pour conserver notre santé.

Je vous laisse découvrir 5 plantes que vous pouvez avoir toute l’année dans votre pharmacie naturelle !

***

Je débute les présentations par une fleur somptueuse originaire du Mexique : la Passiflore – Passiflora incarnata.

Les Jésuites l’ont apportée en Europe au XVIIème siècle me semble-t-il en la nommant Passiflora en lien avec la passion du Christ car sa forme leur évoquaient le Christ sur la croix. Plus joyeux que ça, elle est aujourd’hui symbole de paix et croyez-moi qu’elle l’évoque à merveille. Rien que la contempler est source de joie.

Ce qu’une tisane de Passiflore vous apportera :
• Une meilleure qualité de sommeil, vous passerez des nuits sans réveil, ni cauchemar.
• Vos journées seront toutes aussi bonnes surtout si vous avez tendance à être stressée. La passiflore apaise l’anxiété, la nervosité, l’hyperémotivité et l’hypersensibilité aux facteurs extérieurs tels que les bruits, les odeurs et toutes sources de stress.
De plus, sa propriété anti-spasmodique apaise les palpitations nerveuses et réduit l’hypertension.
• Si vous souffrez de syndromes prémenstruels vous pouvez utilisez la passiflore en infusion, cataplasme ou bain (corps entier, pieds ou bain de siège). Son action anti-oestrogénique peut être intéressante pour réguler les hormones notamment en cas d’endométriose.
Les douleurs de régles et autres problèmes gynécologiques sont souvent dûs à un déséquilibre oestrogènes/progestérone avec trop d’oestrogènes en deuxième partie de cycle.
La passiflore est déconseillée aux femmes enceintes, allaitantes et aux enfants de moins de 6 ans. Ses effets relaxants peuvent induire un effet de somnolence, soyez vigilant si vous prenez le volant.

Recette anti-stress : tisane de Passiflore -Passiflora incarnata-, Aubépine – Crataegue leviata- et Mélisse -Melissa officinalis.

Mélanger plusieurs plantes en infusions permet de décupler les effets bénéfiques de chacune.

***

Voyageons maintenant du côté de la méditerranée où pousse la Mélisse – Mélissa officinalis dont le parfum de miel (Mélissa veux dire miel en Grec!) attire les abeilles.

Pour la petite histoire, car j’aime raconter les histoires des plantes, la mélisse était une plantes très utilisée dans les monastères au Moyen âge. Elle était utilisée pour confectionner des élixirs de jouvence. Ont peut aujourd’hui l’utiliser en tisane mais aussi fraîche dans la confection de nos salades ou marinades.

Ce qu’une tisane de Mélisse vous apportera :
• Un soulagement de vos maux de ventre dû au stress et à l’agitation mentale. Notre ventre est le temple de nos émotions, vous avez peut être déjà eu « la boule au ventre », la mélisse viendra ainsi soulager vos tensions.
• Elle soulage l’hyperacidité gastrique, les ballonements, les coliques et colites.
• La mélisse est source de réconfort et de chaleur. Si vous êtes trop agité et avez besoin d’apaisement, la mélisse vous apportera du calme et induira le sommeil même chez les enfants. En effet, elle apaise l’anxiété, l’irritabilité et même les dépressions légères.
• Selon Paracelce et Hippocrate (oui, ne citons pas n’importe qui !) la mélisse chassait le chagrin et la mélancolie.
Pour faciliter la digestion mélanger la Mélisse – mélissa officinalis – à la Menthe poivrée – mentha x piperita. En plus d’apaiser et de faciliter la digestion, ce mélange est un régal. Un vrai bonbon !

***
Toujours du côté de la méditerranée, au détour d’une balade, on peut recontrer le Romarin – Rosmarinus officinalis.

Vous pouvez l’utiliser en encens pour purifier votre lieu de vie et quoi de plus réjouissant que de vous détendre dans un bain de romarin pour purifier votre corps ?

Ce qu’une tisane de Romarin vous apportera :
Le romarin a deux propriétés principales majeures : il favorise une bonne digestion et il est stimulant général.
• Vous pouvez donc l’utiliser si vous êtes stressé ou si vous avez besoin d’un petit coup de boost puisqu’il augmente les défenses immunitaires (intéressant à consommer en hiver!). Le romarin pourra remplacer votre café du matin.
Veillez cependant à ne pas en consommer tous les jours car votre organisme sera fatigué par trop de sollicitations.

• Le romarin est également protecteur cardio-vasculaire et tonique cardiaque, il augmente de ce fait la tension artérielle.
• Si vous avez besoin d’un coup de pouce pour vous concentrer et développer une meilleure mémorisation, le romarin vous aidera (le mieux pour cela reste tout de même le Ginkgo Biloba !). En ce sens, vous pouvez même orner votre bureau d’un brin de romarin !

• Il nettoie et protège le foie et l’estomac. Vous pouvez ainsi boire une tisane de romarin une fois par jour pendant une semaine pour détoxiner votre organisme au printemps ou à l’automne.
Je tiens toutefois à préciser qu’il n’est pas nécessaire de faire des détox chaque année. Faites selon vos ressentis et n’hésitez pas à consulter un naturopathe ou professionnel en phytothérapie si vous souhaitez vous faire accompagner pour entreprendre une détox.
• Le romarin est également diurétique, il élimine donc les acides. Ses propriétés antioxydantes préviennent le vieillissement prématuré dû au stress oxydatif.

Le stress oxydatif est un processus naturel du corps, mais nos modes de vie occidentaux source de stress quotidien décuple ce phénomène. C’est pourquoi, entre autres, nous ne sommes pas tous vieux au même âge.
Le romarin nous aidera a équilibrer la balance entre oxydants et antioxydants !
Ne consommez pas de romarin si vous êtes enceinte ou si vous allaiter (à part en cuisine), si vous avez des calculs biliaires ou toutes autre maladie du foie. N’en donnez pas non plus au enfants de moins de 12 ans.

Conseils pour un bain de plantes réussi :
Ajoutez à l’eau de votre bain une décoction de plantes (romarin, lavande, thym…).
Restez un quart d’heure maximum dans votre bain dont l’eau de couvre pas votre coeur.
Après votre bain magique, veillez à ne pas trop vous agitez, l’idéal est de rester allongé dix minutes sur votre canapé ou votre lit.

***
Je vous présente la dernière plante du bassin méditerranéen avant de voyager dans nos montagnes, voici notre très cher Thym, de son nom latin Thymus vulgaris.


Le thym était considéré dans la Grèce antique comme une plante sacrée. Il était offert aux guerriers pour honorer leur courage. Le thym est donc un symbole de courage mais aussi de santé et de guérison. Le thym permet de nous ancrer et ainsi de nous apporter de la puissance.

Ce qu’une tisane de thym vous apportera :
• Tout comme le romarin, le thym boost le système immunitaire. Vous pouvez boire une tisane de thym le matin à la place du café.
• Il a la particularité de soulager les affections ORL et les infections de l’hiver comme le rhume par exemple. En effet, il est expectorant mais aussi anti-septique, antiparasite, ainsi-infectieux et antispasmodique.
• Il est tonique digestif et circulatoire. Vous pouvez voir qu’il a une large spectre d’action puisqu’il est aussi décontractant musculaire.
• C’est un antioxydant puissant

Ne consommez pas de thym si vous prenez un anti-coagulant et si vous êtes allergiques au lamiacées (famille botanique du thym).

Pour soulager votre rhume, mélangez le Thym au Bouillon blanc -verbascum thapsus-.

***

Aaaah ces bons fruits rosés et bien goutus que l’on aime manger à même la plante où que l’on intègre volontiers à nos petits déjeûners ! Oui, il s’agit bien des framboises, ces baies riches en vitamines C ! Mais aujourd’hui je ne vais pas vous faire l’éloge des framboises mais de son hôte, le Framboisier ! – Rubus ideus

C’est certainement l’espèce de ronce que d’on aime le plus approcher avec son cousin le mûrier. Issu des Alpes, des Vosges ou bien des montagnes d’Auvergne où l’ont peut encore les cueillir dans la nature, le framboisier est cultivé depuis le Moyen-âge. Il aurait même la vertu de faire naître l’amour. Vous prendrez bien une tisane ?

C’est certainement ma plante préférée que ce soit en infusion ou en gemmothérapie. Elle accompagne principalement les femmes dans toutes les périodes de leur vie mais aussi principalement lors de leur règles et de l’accouchement. Elle soutient aussi bien les femmes que les hommes car elle a un large spectre d’actions.

Ce qu’une tisane de Framboisier vous apportera :
• Pour vos douleurs menstruelles ou pré-menstruelles, le framboisier sera votre allié.
Comme je vous l’expliquais dans la présentation de la première plante, la Passiflore (ainsi, la boucle est bouclée), un excès d’oestrogène est la cause principale des douleurs menstruelles. Le framboisier a la propriété de réguler la fonction oestrogènique et renforce ainsi le système reproducteur féminin. Il apaisera vos douleurs de règles, diminuera l’abondance de votre flux, régulera votre cycle et vous accompagnera si vous avez de l’endométriose ou un fibrome.

Pour les femmes enceintes, une infusion de framboisier permet de détendre et tonifier le muscle utérin ce qui facilite et accélère l’accouchement. Après la grossesse, le framboisier enrichit le lait maternel.

• Je n’ai pas envie que les propriétés du framboisier ressemblent à une liste de courses mais ils elles sont vraiment riches alors les voici :
Le framboisier a un effet légèrement laxatif et diurétique, ce qui élimine en douceur les déchets et diminue les oedèmes. Toujours dans les effets « légers », étant hypoglycémiant il a une action sur le diabète.
Il est également astringent (resserre les tissus) et vous soulagera des vos diverses irritations, maux de gorge, angine ou diarrhée.

Il décongestionne les voies respiratoires, apaise le système nerveux et est anti- inflammatoire.

Vous voyez donc qu’il y a mille et une raison de boire une tisane de framboisier ! Et oui, il a une action positive sur l’ensemble du terrain. Il a donc une action spécifique et très intéressante pour les femmes mais les hommes trouveront eux aussi l’occasion de boire une tasse de framboisier !

• Et le dernier mais pas des moindre, le framboisiers peut également être un soutien émotionnel. En effet, il nous accompagne lors des périodes de transition : puberté, grossesse, ménopause, mariage, séparation, déménagement…
Il soutient le corps dans sa recherche d’équilibre.
Si vous êtes enceinte veillez à ne pas consommer de framboisier durant les trois premiers mois de grossesse étant donné que l’une de ses vertus est de tonifier le muscle utérin, ne mettons pas en jeu le bon déroulement de votre grossesse.

***

En conclusion :
La phytothérapie peut vous accompagner au quotidien.

Dans votre herboristerie personnelle vous pouvez vous munir de :
• Passiflore – Passiflore incarnata Pour vous apaiser, diminuer votre stress et retrouver un sommeil réparateur
• Mélisse – Melissa officinalis Pour soulager vos maux de ventre d’origine nerveuse
• Romarin – Rosmarinus officinal Pour drainer en douceur votre foie et votre estomac et vous apporter de l’énergie
• Thym – Thymus vulgaris Pour un apport en antioxydants intéressant et soulager vos maux d’hiver
• Framboisier – Rubus ideus Pour un large spectre d’action physique comme nerveux et petit plus pour les femmes

J’espère que cette sélection vous a plu.

N’hésitez pas à partager en commentaire les plantes que vous avez le plus aimé découvrir et les tisanes que vous aimez boire au quotidien !

Avec amour,
Jennifer Taliercio
www.jennifer-naturopathie.com

Les animaux nous parlent, écoutez !

Article rédigé par Amandine, Communication animale

On dit souvent des animaux « qu’ils ne leur manquent que la parole ». C’est vrai. Les animaux ont une conscience, des émotions et des pensées, tout comme nous, c’est pourquoi ils méritent d’être entendus.

Pour communiquer entre eux (inter ou intra espèces), les animaux utilisent très souvent des micromouvements : une oreille qui bouge, un pincement de lèvre, des poils qui se dressent… A cela s’ajoutent ce que l’œil ou l’oreille ne voient pas : les énergies et la télépathie. Avez-vous déjà vu un groupe d’oiseaux se mettre à voler ou une horde de chevaux se mettre à courir, tous ensemble et au même moment, sans aucun signal de départ ?

Petite explication biologique de ce phénomène : leur cerveau fonctionne sur des fréquences différentes du nôtre. Ils sont sur le rythme des ondes alpha alors que nous sommes en mode bêta lorsque nous sommes en mode éveil. Selon le moment de la journée et nos activités, nos fréquences varient. Nous sommes par exemple en mode alpha quand nous sommes hypers détendus ou juste avant de nous endormir. Les animaux sont, eux, toujours en mode alpha, ce qui explique pourquoi ils communiquent entre eux naturellement par transmission de pensées.

Il ne nous reste plus, à nous humains, qu’à trouver un moyen de mettre notre cerveau en ondes alpha et à ouvrir notre écoute en nous rendant disponible. C’est là que l’outil de la communication animale prend tout son sens !

Mais pourquoi vouloir communiquer avec les animaux ?

« Il n’y a que la vanité et la désinvolture de l’Homme pour croire qu’un animal est muet parce que nos perceptions limitées ne nous permettent pas de l’entendre ». Mark Twain

Pour mieux les comprendre

En premier lieu, pour aider les animaux au quotidien, pour les soigner et les comprendre mais également pour aider leurs gardiens à recevoir les bons messages. Il s’agit de laisser notre intuition se mettre en relation avec l’être de l’animal et devenir ainsi son messager.

Chaque animal a de nombreuses choses à raconter sur ses conditions de vie, sur les humains qui l’accompagnent, sur son lieu de vie mais aussi sur ses congénères animaux.

Pour améliorer le quotidien

Souvent, certains gestes ou désobéissances de nos animaux empêchent une vie harmonieuse au sein de la maison ou du quotidien. Faire ses besoins aux mauvais endroits, détruire, s’enfuir, l’automutilation… plein de comportements qui nous ennuient, nous inquiètent et qui nuisent au bonheur de nos animaux. Grâce à la communication animale, il est possible de poser la question, de demander le pourquoi de ce comportement. Grâce à la communication intuitive, l’animal peut s’exprimer et expliquer les raisons qui le poussent à agir ainsi. On peut également lui faire passer un message en lui expliquant pourquoi cela est dérangeant ou dangereux.

Pour nos animaux perdus

Cette intuition développée lors de la communication animale permet également de travailler sur les animaux perdus pour les rassurer, garder le contact avec leurs gardiens et surtout les aider à retrouver leurs chemins.

De la même manière, il est possible de discuter avec les animaux dont l’âme est partie et qui ont besoin d’exprimer leur gratitude et ainsi enlever la culpabilité de leur gardien. La communication animale peut aider l’humain mais également l’animal à mieux vivre cette séparation.

Pour développer la compréhension et l’amour

La communication animale permet enfin de pouvoir creuser cette fameuse question : pourquoi lui ?  Si un animal entre dans votre vie sachez qu’il y a une raison bien spécifique pour que cet être soit en lien étroit avec votre quotidien. Il pourra exprimer clairement alors sa mission de vie auprès de vous.

Cette nouvelle façon de s’ouvrir aux êtres qui nous entourent permet d’être vraiment dans l’écoute. Cette écoute par laquelle on ne cherche pas à répondre mais plutôt à comprendre pour être en vraie empathie avec ces animaux qui nous entourent.

Les animaux sont d’excellents professeurs de l’amour inconditionnel ; ils nous apprennent aussi à vivre dans le présent et en détachement total. Ils ont tous des messages pour les humains qui partagent leurs quotidiens.

Si vous savez les écouter, vous pourrez grandir grâce à eux…

Hypersensible ou voir la vie plus intensément

Article invité rédigé par Julie.

Dans un monde où tout va toujours vite et que les informations nous parviennent instantanément, il se peut que nous nous sentions parfois vides ou engourdis. Mais alors que se passe-t-il ? Est-ce normal ?  Ne devrait-on pas être stimulé par tout cela et foncer malgré la peur qui nous accompagne ?

Un mot s’est alors posé en moi : Sensible. Ainsi j’ai essayé de nommer cette émotion, de définir la case dans laquelle elle s’est construite et ce fut : «  hypersensibilité ».

Ouch. Encore un mot qui fait peur et qui nous donne l’impression de sortir de la normalité. Mais arrêtons aujourd’hui avec les normes, avec l’avènement des réseaux sociaux et des mouvements libérés, nous avons la capacité de sortir de cette cadre dans lequel nous pensons être enfermés.

Pour tout vous dire, je ne comprenais pas ce qu’il se passait, je me disais que j’étais trop dans ma tête, que j’étais trop connectée aux autres, sans frontière. L’empathie me faisait défaut alors que cela pouvait être un vrai moteur.

Férue de développement personnel je me suis mise à lire des livres sur le sujet. Et un en particulier m’a frappé. Celui de Imi Lo intitulé « Hypersensible et heureux ». Je vous rassure, ce n’est pas un énième livre sur des conseils bateaux que personne n’applique. Ce livre possède une vraie approche sur le sujet et donne des pistes sérieuses qui ont résonné en moi comme un électrochoc. Rien d’étonnant pour quelqu’un d’hypersensible, non ?

Voici quelques pistes de réflexions sur cette état intérieur encore peu méconnu.

***

Ne soyons pas le caméraman mais l’acteur !

Premièrement, si dans la vie, nous nous détournons des émotions négatives alors nous nous détournons également des émotions positives. Cela a pour conséquence de nous transformer en spectateur de notre vie alors que nous pouvons en être acteur.

N’hésitons pas à solliciter de l’aide extérieure

Faire appel à quelqu’un d’extérieur est un soulagement, afin de lui parler de nos blessures d’enfance, nos injustices, lui raconter ce que cela fait de grandir dans un monde insensible. Il est intéressant d’employer le « je » et ne pas hésiter à donner des détails. Un véritable espace de guérison.

Ne blâmons pas l’éducation reçue

Si votre hypersensibilité n’a pas été accueillie dans la sphère familiale et que votre empathie s’est développée à cause de vos parents, sachez qu’ils ont eu les meilleurs intentions du monde. Leurs capacités limitées à leur propre enfance les ont peut-être rendus incapables de vous protéger. 

« Faire le deuil d’une enfance que l’ont a jamais eu » est la phrase qui m’a fait le plus sens et qui m’apprend la résilience.

Une règle d’or : le lâcher prise

En parlant de lâcher prise, il faut laisser à tout prix ce contrôle que l’on a tendance à avoir sur la réalité idéalisée en étant plus ouvert au présent. Puis ne pas essayer d’anticiper, en voulant contrôler ce que l’on fait et la façon dont on réagit face à notre réalité extérieure. 

Des outils pour nous accompagner

Il est aussi possible d’utiliser la visualisation et imaginer une bulle protectrice. Votre hypersensibilité ne doit pas être fardeau, car même si nous n’avons le contrôle sur nos émotions, nous avons le choix de nous protéger du mieux possible et de laisser passer les différentes vagues.

Faire des expériences, rencontrer des personnes inspirantes 

Vous pouvez aussi participer à des retraites (comme celle d’Aurore) pour rejoindre des personnes qui ont la même sensibilité que vous, aller à des conférences ou simplement vous créer un autel avec vos objets favoris qui vous rappellent ce que vous êtes et qui vous sécurisent. Rappelez-vous, vous n’est pas seul(e) !

Les maux peuvent être guérisseurs 

Une autre réflexion est sortie de ce livre, c’est le pouvoir des maux. Nos « maladies » visibles ou invisibles, ces blessures que nous avons en nous. Et bien elles nous montrent la voie de la guérison. J’y crois fort. Devenons notre meilleur ami, notre corps est notre véhicule.

Les choix ne sont pas définitifs

Une chose importante selon moi : la vie est impermanence. Dans le livre, l’auteur nous rappelle que les sentiments désagréables, les peines vont et viennent. Tout finit par passer. Résister à cela fait que perpétuer notre vision limitée que l’on a de nous mêmes.

Et surtout soyez ancrés

Je sais que cela n’est pas facile à appliquer au quotidien, mais vivre au moment présent est une attitude essentielle à adopter. N’hésitez pas à lire les livres de Christophe André, Eckart Tolle, Frédéric Lenoir ou encore Matthieu Ricard.

Nous sommes programmés pour croire que la vie est difficile. Notre cerveau habitué à nous protéger des dangers nous incite très souvent à nous battre face au monde. Constamment. Et cela peut être épuisant, alors n’oubliez pas chacun de ces conseils et votre capacité à traverser chacune de vos expériences en conscience.

Avec amour, Julie.

Une rentrée équilibrée grâce au Kundalini Yoga

Article invité par Lara.

En cette rentrée de septembre, je vous propose de pratiquer ensemble ce Kriya -Kundalini Yoga- pour vous débarrasser de la colère et vous nettoyer des énergies négatives ! L’idéal étant de pratiquer cette série d’exercices pendant 40 jours.

40 Jours: Pratiquez tous les jours durant 40 jours. Cela brisera toute habitude négative qui vous bloque pour une possible expansion.

90 Jours: Pratiquez tous les jours durant 90 jours. Cela établira une nouvelle habitude dans votre mental conscient et subconscient. Cela vous changera d’une façon très profonde.

120 Jours : Pratiquez tous les jours durant 120 jours. Cela confirmera la nouvelle habitude de la conscience. Les effets positifs du kriya seront intégrés de façon permanente dans votre psyché.

1000 Jours: Pratiquez tous les jours durant 1000 jours. Cela vous permettra de maîtriser la nouvelle habitude de la conscience. Peu importe le défi, vous pouvez faire appel à cette nouvelle habitude pour qu’elle vous serve.

A la rentrée, le stress revient ainsi que  la TO DO liste infernale…. En pratiquant ce Krya tous les matins pendant 40 jours ( dans l’idéal… et comme le dit si bien Swami Sivananda : « Une once de pratique vaut mieux que des tonnes de théorie ») vous retrouverez calme et sérénité.

Le foie absorbe et élimine la colère dans votre corps. Cette pratique de Kundalini Yoga appelée Kriya (un exercice ou une série d’exercices dans un ordre déterminé avec l’idée de transformation par le feu) va vous permettre d’éliminer la colère et de vous sentir libéré de toutes les énergies négatives. En effet, se mettre en colère en conscience contre quelqu’un ou quelque chose est un grand sacrifice énergétique.

“Une partie de la sadhana devrait rester suffisamment constante afin que vous maîtrisiez, ou au moins expérimentiez, les changements provoqués par une seule technique. Chaque kriya et mantra a ses effets qui lui sont propres, tous vous élèvent vers une conscience cosmique. Apprenez à évaluer la valeur qui n’a pas de prix d’un kriya, et tous les autres seront compris dans une clarté lumineuse. ”
–Yogi Bhajan, dans The Aquarian Teacher, Level One Instructor. Page 150

***

1. Savasana / posture couchée sur le dos

Ronfler puissamment pendant 1min30.

2. posture couchée sur le dos

→ équilibre la colère.

Plaquer le dos au sol puis monter les jambes à 15 cm du sol  et tenir la posture pendant 2 min.

3. même posture

Garder les jambes à 15 cm du sol, tirer la langue, inspirez par la bouche langue tirée et expirez par le nez en gardant la langue tirée pendant 1 min 30

4. même posture

Monter les jambes à 90° avec les bras le long du corps. Frapper le sol avec les mains en lâchant les colères intérieures accessibles. Frapper fort et rapidement pendant 2min30.

5. même posture

Monter les genoux vers la poitrine, tirer la langue. IN par la bouche, EX par le nez pendant 2 min.

6. posture du célibataire

 S’asseoir entre les jambes (ou sur un coussin/couverture/brique), croiser les bras devant la poitrine en les pressant contre la cage thoracique. Amener le front au sol avec Pendant 2 min. Ensuite accélérer le rythme le plus vite possible pendant 30 sec.

7. posture assise avec les jambes allongées

 Taper rapidement toutes les parties du corps avec les paumes pendant 2 min.

8. station debout

 Les bras sont parfaitement relaxés. S’incliner en formant un angle droit entre thorax et jambes, bras parallèles aux jambes. Chanter pendant 3 min «Guru, Guru, Wahe Guru, Guru Ram Das, Guru».

9. a/b/c  : cobra

 Continuer à chanter pendant 1 min «Guru, Guru, Wahe Guru, Guru Ram Das, Guru», ensuite tourner la tête tout en chantant pendant 30 sec, ensuite frapper les fesses avec les talons pendant 1 min.

10. Sat Kriya

Bras droits et collés contre les oreilles, doigts entrelacés, pour les hommes le pouce gauche au- dessus du pouce droit, pour les femmes l’inverse. Légère application de  jalandahar-bandh (presser le menton contre la gorge).

 Chanter Sat Nam en appliquant une contraction du diaphragme à chaque Sat, un relâchement à chaque Nam pendant 1.15 min.

***

Vous pouvez terminer la pratique par ce merveilleux mantra qui vous permettra de clôturer cet instant de connexion.

Satnam

Lara

Retrouvez-moi sur mon compte Instagram et ma page Facebook.

Mes coups de coeur à Bali

Je suis allée pour la première fois à Bali en mai 2017 et ce fut le coup de foudre. En vacances avec une amie, nous en avons profité pour faire un grand tour de l’île pendant deux semaines. Puis un an plus tard, je décidais d’y retourner seule pour me ressourcer et passer du temps avec différentes connaissances et amis. Le départ fut si difficile que j’y retournais deux mois plus tard sans trop comprendre pourquoi. Je n’y suis restée que 3 semaines à cause des tremblements de terre, mais ce pays reste dans mon coeur et je m’envole ce mois de mai 2019 pour une quatrième fois !

Vous avez été très nombreux à me demander si je connaissais de bonnes adresses, voici donc une liste des restaurants, hébergements, spa et autres endroits que j’affectionne particulièrement pour vous inspirer. 

Pour manger à Ubud : 

Sayuri : très bonne cuisine vegan, beaucoup de propositions de crus ou cuits, dans une ambiance lounge et cosy que j’adore le soir avant d’aller me coucher.

Zest : c’est le QG de Ubud, niché juste à l’entrée de Penestenan, tout y est bon, le lieu est beau et lumineux, très agréable en journée.

Atman : il y en a deux dans Ubud, j’adore la variété des plats et les options vegan sans gluten, coup de coeur pour celui du Sud avec la petite vue sur les rizières.

Sari Organik : éloigné de la frénésie du centre, ce petit restaurant offre une magnifique vue sur les rizières et une cuisine saine de qualité.

Earth Café : tout est vegan donc pas de prise de tête, la petite terrasse est agréable et j’adore y venir pour le petit déjeuner ou bruncher.

Mudra : gros coup de coeur pour ce lieu cosy avec une musique lounge, au top pour bruncher entre copines.

Dayu’s Warung : dans une rue moins passante, j’aime venir dans ce Warung abordable pour travailler sur la terrasse en haut tranquillement.

Bali Buda : ce restaurant est aussi une épicerie qui vend de nombreux produits, clin d’oeil aux touffes de pelouse dans lesquelles vous pouvez plonger vos pieds nus.

Kismet : l’ambiance est sympathique et les plats variés, cela change des plats indonésiens lorsqu’on a envie de manger un peu plus occidental.

Clear Cafe : large choix de plats et combo massage, dans une ambiance underground et zen, sous une magnifique fresque de Ganesh.

Food court : un peu façon Camden, vous avez le choix entre différents styles de cuisine à commander puis vous vous asseyez au centre avec vos plats. Coup de coeur pour le thaï et son pad thaï.

Alchemy : très chouette spot plus haut à Penestenan, avec un bar à salade le midi ou un bar à smoothie bowl le matin pour le déjeuner.

Pour se loger à Ubud : 

Je recommande le centre de Ubud si vous n’êtes pas motorisé en évitant tout de même la Monkey Forest road ou Hanoman street car ce sont les plus passantes et donc bruyantes. J’avais séjourné dans une guesthouse dans la rue Jl. Tirta Tawar plus silencieuse au Nord, vous pourrez en trouver plusieurs par ici ou bien plus au Sud en vous éloignant un peu.

J’avais également logé à Yamara Cottages réservé sur Airbnb, juste derrière Yoga barn, c’est un bon endroit si vous souhaitez pratiquer tous les jours et être à côté mais ce n’est pas le plus silencieux (avec des boules quiès le soir c’était très bien).

Si vous prenez un scooter comme moi, je vous conseille le quartier de Penestenan sur les hauteurs, plus calme, au milieu des rizières et de la jungle, il y a plein de jolies guesthouses.

Coup de coeur hôtels :

Pajar House (Ubud) : ce fut la première villa que nous avions louée et dans laquelle je retourne volontiers pour me reposer et être tranquille. Elle est au milieu des rizières avec une piscine et le personnel est adorable.

Villa Tegal Tis (environs d’Ubud) : plus éloigné au coeur du village d’un ami balinais, ce petit hôtel est parfait pour se ressourcer loin de la frénésie du centre.

Blue Moon (Amed) : nous avions pris la chambre avec vue sur la piscine ET sur l’océan, c’est simple dès mon arrivée je me suis mise à pleurer de gratitude. Le restaurant de l’hôtel est aussi excellent.

Bambu Cottages (Gili Air) : ces petits bungalows sont de véritables cocons, avec la piscine et la mer juste en face, l’expérience a été assez paradisiaque…

Jungle Fish (Ubud) : je ne l’ai testé que pour la piscine une après-midi mais l’expérience était rigolote et la vue magnifique.

Pour se faire du bien : 

Cantika Zest : un des meilleurs spas de Ubud, au calme, éloigné du centre-ville pour vous faire masser ou profiter d’un soin du visage ou des cheveux.

Yoga barn : c’est LE spot à ne pas rater, malgré des prix un peu plus élevé que la plupart des workshops ou cours de yoga, la multitude de propositions fait quand même très plaisir, j’y passe souvent du temps. Ecstatic dance, kirtans, bains sonores, cacao ceremonies… un vrai bonheur.

Pyramids of Chi : ce haut lieu de la thérapie sonore et des bains de gongs est un paradis caché dans la jungle de Ubud.

Intuitive Flow : il s’agit du studio de Yoga d’une amie, au milieu du calme et luxuriant quartier de Penestenan.

Pour visiter : 

Tirta Empul : c’est un lieu sacré, célèbre pour ses fontaines, vous pouvez participer au rituel et vous purifier sous chacune des cascades d’eau. Pensez à venir avec un sarong à mouiller et un sec.

Penglipuran : c’est un village petit et adorable, préservé du tourisme, resté authentique, magnifique pour sa quiétude et ses vibrations.

Les rizières Tegalalang: c’est le spot pour venir faire des photos et s’émerveiller devant la verdure des rizières. Leur beauté dépend de la période à laquelle vous vous y rendez.

Pura Ulun Danu Bratan : Ce joli petit temple au bord de l’eau est l’image que vous pouvez voir de partout pour illustrer Bali et il est vrai que cet endroit est assez paradisiaque et magique.

Sebatu temple : c’est un lieu moins connu et sa cascade est puissante pour venir se purifier lorsque l’on en ressent le besoin. Il y a des casiers sur place pour se changer en sarong.

Water palace Tirtagangga : Ce lieu féérique est magnifique et vaut le détour pour se promener et faire de jolies photos.

White Sand beach : C’est un peu la seule plage jolie et accessible à l’est de Ubud, il y a parfois du monde en saison haute mais cela reste appréciable.

Les îles : J’ai beaucoup aimé Nusa Penida, sauvage et peu touristique avec de magnifiques endroits. Gili Air est aussi très appérciable sans voiture et parfait pour se reposer et bronzer. Gili Trawangan est très festive et ne vous conviendra que si vous comptez prendre part au bazar ambiant.

Je complèterai l’article au fur et à mesure de mes prochains voyages.

Belles visites ! 

***

J’espère que cet article vous a plu.

N’hésitez pas à le partager.

Se connaître grâce aux archétypes féminins

Depuis quelques années, au coeur des conférences et cercles de femmes, les archétypes féminins sont revenus prendre place dans les échanges et discussions. Dans son livre Lune rouge, Miranda Gray aborde ces quatre facettes sous le prisme du cycle menstruel, afin de mieux comprendre les forces qui nous habitent lorsque nous traversons nos quatres phases.

Mais nos archétypes intérieurs ne se manifestent pas uniquement lors de notre cycle féminin, de façon si découpée et précise. Nous portons toutes en nous les lumières et les ombres de ces personnalités, en fonction de notre façon d’être et d’agir. 

Nous avons toutes un archétype dominant, qu’il est intéressant de connaître et de percevoir, afin de s’observer au quotidien, pour enfin comprendre quelles sont les blessures qui nous gouvernent et comment les aborder dans notre vie de tous les jours.  

Par exemple, mon archétype dominant est celui de l’Enchanteresse et le second est la Déesse. Je fais donc attention régulièrement à ne pas me perdre dans l’autre, à ne pas oublier mes besoins et ne pas m’attacher trop rapidement à la nouveauté sans prendre un temps de recul. Ma Vierge se manifeste davantage dans mon travail est s’est équilibrée au fil des années avec beaucoup de discernement. Enfin, je suis en chemin vers ma Sorcière, tapie dans l’ombre, afin de nourrir davantage ses envies sauvages et besoins de solitude pour être davantage connectée à mes perceptions. 

Je te laisse découvrir les archétypes ci-dessous afin que tu puisses te repérer. N’hésite pas à me dire en commentaire quelles sont tes facettes dominantes.

La Femme Sage ou La Sorcière

Son énergie : la sagesse

Le plus réprimé de tous, l’archétype de la Femme Sage ou de la Sorcière est fortement connecté à l’interdiction et la punition dans notre inconscient.
Elle incarne la force sauvage et imprévisible du féminin, les capacités extrasensorielles et sensibles, les forces naturelles, le lien à la terre, aux mystères de la vie et de la mort.

Elle prend soin de ses propres besoins et prend le temps de soigner son énergie et sa vitalité. Elle prend le temps de s’isoler et sait lorsqu’il est nécessaire de prendre du recul sur la situation. 

La Sorcière incarne et accepte ses ombres, affronte ses peurs et perçoit les mondes invisibles. Elle est la prophétesse, médiatrice et enseignante de la connaissance secrète, la guérisseuse et la guide. Elle est en lien avec les mystères, la fertilité et la procréation sous toutes ses formes, elle sait activer ses forces d’autoguérison.

Côté ombre, cet archétype peut parfois abuser de son pouvoir, utilisant ses compétences subtiles pour atteindre ses propres fins. À l’inverse, elle peut se noyer dans ses perceptions, peut devenir distante, froide ou en marge du reste de la société.

Ses aspects positifs
Spirituelle, magique, mystérieuse, sauvage, intuitive, visionnaire, prophétesse, guérisseuse, en lien avec l’inconnu, chamane, réceptive, calme, sage, indépendante, connectée à la Terre

Ses ombres
Hypersensible, hyper vigilante, manque de confiance face au monde, orgueilleuse, angoissée, égocentrée, manipulatrice, contrôlante, prétentieuse, présomptueuse, psychosée

Dans la roue de médecine…

Elle récupère les informations traitées par l’Enchanteresse pendant ses temps de vision et médite sur ce qu’il est nécessaire de garder, de détruire ou d’enraciner dans la Terre de son corps. Une fois régénérée, elle offre l’énergie et la matière à la Vierge qui se mettra en chemin.

 

La Vierge ou l’Amazone

Son énergie : la puissance

La Vierge est la gardienne de la santé et du foyer, elle transcende tous les autres archétypes du féminin et les combine avec ses qualités de leadership. Elle offre des qualités responsables et une énergie combattive voire guerrière.

Elle incarne la conscience du collectif, en tant que leader engagée, responsable de la la sécurité et du bien-être de tous. Ses qualités sont appréciées lors ce qu’il est nécessaire de créer des cadres, d’organiser et de structurer des pensées ou espaces.

Les côtés ombres de la Vierge sont la tyrannie et l’impuissance, d’une part lorsque la tyran intimide, de l’autre lorsque l’impuissante manipule. Bien intégrée, elle est pourtant une leader et entrepreneur accomplie, valorisée par le monde des entreprises (lorsque les émotions sont sous contrôle…).

Dans notre société patriarcale, la Vierge est rejetée pour ses capacités de force et rayonnement, ce qui la force parfois à adopter une attitude froide ou défensive. Cet archétype est sont souvent hanté par la peur des autres, surtout des autres femmes qu’elle voit comme des adversaires, d’où l’importance de la réconforter dans tes temps de partage entre femmes.

Ses aspects positifs
Puissante, leader, calme, digne, juste, grâcieuse, enracinée, équilibrée, protectrice, responsable, bienveillante, ordonnée, structurée, engagée, motivée, dynamique

Ses ombres
Tyran, arrogante, contrôlante, agressive, destructrice, autoritaire, exigeante, assoiffée de pouvoir, dévouée excessive, perfectionniste, angoissée, rigide

Dans la roue de médecine…

Elle récupère l’énergie et la matière de la Sorcière et utilise son dynamisme et sa structure pour créer de nouveau cadre. Une fois les bases posées, elle passe le relai à la Déesse qui pourra investir son univers.

 

La Déesse ou La Mère 

Son énergie : l’amour

En tant qu’archétype le plus apprécié de la société patriarcale, la Déesse
est souvent celui avec lequel nous nous sentons la plus proche. Elle est la
nourricière, soignante, protectrice, accueillante et expansive.

Elle crée un espace de sécurité autour d’elle et de ceux qu’elle aime. La Déesse incarne une immense énergie créatrice, de liens et peut nourrir le monde par son amour désintéressé. Elle est présente pour vivre, être et jouir des espaces en toute bienveillance et expansion.

Les ombres de la Déesse sont souvent un attachement excessif et un oubli de soi, développé par une société valorisant le côté protecteur et nourricier de la femme au foyer.

Une femme bien enracinée dans ses besoins et son équilibre fera l’expérience de la sollicitude et de la bienveillance détachée, tout en prenant le temps de se nourrir elle-même. Alors qu’une Déesse en déséquilibre sera souvent dans la dépendance et les débordements émotionnels difficilement accueillis.

Ses aspects positifs
Créative, fertile, nourricière, hédoniste, dévouée, belle, douce, bienveillante protectrice, chaleureuse, encourageante, désintéressée, encourageante, guide, généreuse, sociable

Ses ombres
Froide, retenue, insouciante, abandon de soi, distante, contrôlante dans ses liens, narcissique, étouffante, martyr, anxiété hystérique, dépendante, exigeante, manipulatrice, hyper culpabilité

Dans la roue de médecine…

Elle récupère les cadres créés par la Vierge afin de les investir par son énergie féconde. Elle vit pleinement dans le coeur et la joie, elle jouit des expériences vives avant de les transférer à l’Enchanteresse qui utilisera sa vision pour faire le point et choisir de conserver ou non les énergies.

 

L’enchanteresse ou l’Amoureuse

Son énergie : la beauté et l’éros

Avec l’évolution du féminisme et du féminin sacré, les femmes se reconnectent de plus en plus à l’archétype de l’Enchanteresse. Longtemps abandonnée par le passé à cause de la honte et de la peur, son énergie fut persécutée lors de la chasse aux sorcières des anciens temps.

L’Enchanteresse st connectée à la beauté des corps et aime créer de l’harmonie partout où elle passe. Elle manifeste l’énergie créatrice et la fertilité de la nature sous toutes ses formes.

Elle est à l’aise avec ses propres valeurs et ses visions les plus profondes, qui s’ancrent profondément dans le prisme de sa réalité. Elle est souvent romantique, idéaliste, supporte parfois mal la rigidité et les connaissances stériles.

Cet archétype est intrinsèquement lié à « l’autre » et peut parfois manifester son côté obsessionnel, de la manipulation inconsciente ou une certaine vengeance si son identité est mise en danger. D’un autre côté, si elle n’accepte pas sa force de vie et sa sexualité, cette facette peut être froide et calculatrice pour combler son besoin émotionnel.

Ses aspects positifs
Amoureuse, passionnée, séductrice, sensuelle, généreuse, résiliente, idéaliste, courageuse, curieuse, dévouée, intime, charmeuse, en transformation, en révolution intérieure

Ses ombres
Oubli de ses limites, obsessive, désincarnée, honteuse du corps, déconnectée de ses propres besoins, froide, distante, émotionnellement détachée, égoïste, dépendante

Dans la roue de médecine…

Elle récupère l’expérience vive de la Déesse afin de la percevoir sous différents angles, elle utilise sa vision et son intuition pour choisir de créer ou détruire les cadres. Elle offre ensuite l’énergie à la Sorcière qui en prendra soin et méditera sur ce qu’il est bon de faire.

 

***

J’espère que cet article t’a plu n’hésite pas à le partager !

Si tu souhaites expérimenter et découvrir ton féminin, n’hésite pas à nous rejoindre lors de notre retraite au Québec cet été. 

Retrouve également mon programme pour vivre ta semaine de Lunes en douceur avec du yoga et des conseils bien-être.

10 bonnes raisons de découvrir l’Inde

Vous l’avez peut-être remarqué, je suis allée en Inde il y a peu de temps, une première fois en janvier dans un cadre de vacances et de découverte, puis une seconde fois avec des amis indiens pour vivre une vie locale. J’ai toujours été attirée par ce pays, m’y sentant connectée sans savoir pourquoi et j’ai ressenti l’appel en ce début d’année 2019…

Lors de ma retraite sur le chant indien au Népal en octobre 2018, je suis tombée amoureuse de leur musique, de leurs voix et de leurs personnalités. J’ai été touchée par leur âme et leur façon de voir et d’aborder le monde. J’ai alors décidé de me rendre dans ce pays incroyable et j’y ai découvert une culture riche de contrastes et d’intensité.

Pour moi, ce pays contient l’âme du monde, la sagesse de l’univers et les racines de la Terre. Malgré quelques éléments parfois difficiles à intégrer (pollution, bruit, bazar, inégalités…), ce pays a définitivement conquis mon coeur et ouvert les portes vers de nouvelles aventures. Je te donne donc ci-dessous la liste des 10 bonnes raisons pour lesquelles je te conseille de sauter le pas.

***

1. La nourriture savoureuse

J’étais déjà adepte de la cuisine indienne avant mon départ, mais j’ai pu découvrir les vraies saveurs et épices dignes de ce nom une fois sur place. Je suis particulièrement fan de la nourriture d’Inde du sud, les dosas et les idlis, à tremper et manger avec les mains dans les différentes sauces toutes succulentes, notamment le chutney à la noix de coco, une délice ! Chaque plat se transforme grâce aux milles assaisonnements et il est facile de cuisiner avec peu, c’est la magie de ce pays.

2. La convivialité familiale

Là bas, les enfants, les parents et les grands parents vivent très souvent dans la même maison. Puis les oncles et tantes viennent régulièrement leur rendre visite. C’est un joyeux moulin où tout est prétexte pour célébrer, se retrouver autour de bons repas et échanger. Bien sûr au début il a fallu que je m’habitue au bazar car je viens d’une famille assez calme, mais j’ai fini par adorer me sentir intégrée à la famille à chaque fois que j’étais accueillie chez l’un d’eux.

3. Les échoppes aux milles couleurs

C’est le paradis du shopping ! L’option centre commercial existe mais le véritable plaisir est de se promener au milieu des différentes petites échoppes, s’installer face à une vendeur et le laisser nous surprendre par tout ce qu’il cache dans sa boutique. La négociation devient un jeu et chacun repart gagnant. Je suis rentrée les valises remplies de tissus, d’étoles, de bijoux, d’infusions, de savons ayurvédiques, de décoration et de magnifiques tuniques… Un vrai bonheur.

4. Les paysages de montagnes du Nord

Pour fuir la pollution et le brouahah incessant de Delhi, j’ai passé quelques jours dans les montagnes du Nord et j’en suis tombée amoureuse. En passant par Haridwar, Rishikesh, Mussoorie… les petites villes sur les pentes escarpées des montagnes n’ont rien à envier aux grandes villes. L’air se fait pur, les paysages magnifiques sur les montagnes d’Himalaya et les routes sinueuses dévoilent leurs surprises au fil du voyage. Je n’ai exploré qu’une petite partie de ces dernières et je sais que j’y retournerai pour de plus longs séjours c’est certain.

5. La musique et les chants

Là bas tout est prétexte à organiser des célébrations, fêtes et rituels : anniversaires, anniversaires de mariage, mariages, baptêmes, naissances… Il y a constamment de la musique dans les voitures, dans les rues, qu’il s’agisse de chansons bollywood pour faire la fête ou de mantras plus classiques lors des kirtans ou pujas, je me suis sentir transportée par les notes de musique. Les sons des sitars, des tablas, des tanpuras et de mon nouvel harmonium (que j’ai ramené pour mon plus grand bonheur) n’ont pas fini de résonner dans mes enceintes.

6. La spiritualité incarnée

Là bas, le karma et les lois universelles font partie intégrante de leur vie et croyances. Respecter le vivant (beaucoup sont végétariens), honorer les anciens, être dans la gratitude et l’humilité, font partie des nombreuses valeurs qu’incarnent la plupart des indiens. Bien sûr il existe encore une fois de nombreux contrastes, notamment la place de la femme dans la société, mais les moeurs évoluent et nombreux sont ceux qui intègrent une sagesse naturelle, une conscience que leur actes sont les moteurs de leur quotidien.

7. L’ayurveda et le yoga

L’Inde est le berceau du yoga et des médecines holistiques tel que l’Ayurveda. Les villes comme Rishikesh, Goa ou Mysore sont idéales pour étudier, se former, apprendre et se transformer. J’ai repéré différentes formations et je pense que j’y retournerai pour continuer à me nourrir de nouvelles connaissances. Que cela soit dans un but personnel ou professionnel, il est profondément intéressant de s’immerger dans ces pratiques, rien que de baigner dans ces énergies est transformateur.

8. Les multiples régions

L’Inde est un pays aux milles visages, vous ne découvrirez pas les mêmes choses dans le Nord et dans le Sud, il existe plus de 500 langues et la culture est incroyablement diversifiées. Il faudrait plusieurs vies pour pouvoir visiter entièrement cette terre qui regorge de surprises et d’expériences incroyables. Que vous souhaitiez les plages de Goa, les palais du Rajahstan ou bien les montagnes du Nord, vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer.

9. Le lâcher prise et le spontané

Il y a tellement de monde, de bazar et d’imprévus en Inde, je n’ai jamais autant lâché prise et fait confiance dans les processus de vie que je devais traverser. Tout prend plus longtemps que prévu, les plans changent, les personnes que vous rencontrez vous proposent des solutions et des alternatives, un train est annulé, une vache bloque un passage… L’Inde est le pays qui vous fera le plus évoluer à coup sûr si vous êtes prêt(e) à entrer dans l’acceptation et la résilience face aux obstacles et nouveautés.

10. La capacité à nous faire grandir

Ce pays est tellement contrasté, tellement différent de ce que l’on connait chez nous, qu’il nous force à ouvrir notre coeur, à garder l’oeil ouvert et être ancré, à faire confiance à son intuition, à sortir de sa zone de confort et des sentiers battus… C’est une thérapie bien plus incroyable que ce que vous pourrez faire avec un psychologue. Alors si vous entendez son appel et que vous êtes prêt(e) à vous engager vers le chemin de la transformation, n’attendez plus…

***

J’espère que cet article vous a plu et donné envie de voyager. Je serai en Inde la majorité du temps entre octobre 2019 et février 2020. Si vous souhaitez me rejoindre, découvrez ma retraite à Goa début décembre dans un cadre magique. J’organiserai également un voyage initiatique dans le Ladakh en mai 2020, je vous parlerai très bientôt.

Amour & Paix

***

Cet article vous a plu ? Epinglez-le sur Pinterest !

Mon bilan 2018 : ce que j’ai appris

J’ai longtemps hésité à faire cet article, ne sachant pas si cela serai très pertinent et avec la crainte de rentrer dans des domaines très personnels de ma vie. Mais je sais aussi que si vous êtes aussi nombreux à me lire, c’est en partie car nous sommes tous connectés et que les expériences des uns font grandir les autres. Je vais donc retracer ici les 12 mois de mon année 2018 qui fut très chargée en voyages, changements et prises de conscience sur de nombreux plans et j’espère que tu apprécieras remonter le temps à mes côtés.

***

Janvier

Ce début d’année a été comme une catapulte vers mon essence. J’ai expérimenté les cercles de femmes, découvert la sororité puis j’ai décidé d’ouvrir des espaces dédiés au féminin. J’ai écris mon premier livre Cristal Power sans trop réfléchir en me laissant porter par ce que la vie m’offrait. J’ai continué à consulter des thérapeutes et des chamans afin de comprendre quels étaient mes missions et je commençais à entrevoir ce qui me faisait vibrer et ce dont je n’avais plus besoin.

Après avoir longtemps cherché ce vers quoi je devais me tourner, lu des centaines de livres et regardé des dizaines de vidéos, j’ai commencé à comprendre que la vérité ne se trouvait pas dans la théorie mais bien dans les pratiques et expériences de vie… Plus je faisais les choses avec joie, sans me soucier de la faisabilité ou de la légitimité et plus l’univers me tendait les bras.

Février

Un peu sur un coup de tête en décembre, j’ai décidé de partir en voyage à Koh Phangan avec mon amie Héloïse, où j’y ai également retrouvé Anne-Claire et Sara ainsi que la douce Peggy. J’y suis allée avec l’intention de me centrer et de participer à une retraite de Mystical Dance entre femmes. C’était un gros challenge pour moi qui était encore très pudique et fermée dans de nombreux aspects de mon intimité. Cette retraite avec 35 femmes m’a profondément impactée, je me suis autorisé à voir le féminin comme quelque chose de beau et puissant et non plus comme faible et sensible. Je me suis autorisée à être moi-même, à pleurer, à rire, à être touchée et ouvrir mon coeur. J’ai également rencontré des gens connectés et enclins à un mode de vie nomade qui me faisait rêver et avec lequel je me sentais depuis toujours en lien. Ce voyage a été comme un éclair et mon couple s’en est retrouvé impacté à mon retour car le fossé devenait de plus en plus grand.

Février a également été le début de ma formation en chamanisme à la FSS, la pratique des voyages, la rencontre avec mes alliés de pouvoir, les soins, les guidances… et très rapidement j’ai souhaité commencé à m’entrainer pour vous. Vous avez été très nombreux à répondre à l’appel et ce fut le début des guidances en consultation et des soins proposés lors des retraites. Sans que le mental intervienne, malgré quelques appréhensions concernant mes capacités et le regard des autres, j’ai senti que c’était juste et cette force divine en moi s’est imposée sans que je ne sache si j’étais légitime ou non de le faire.

Mars

Le mois de mars a été rythmé par de nombreux ateliers, la finalisation de mon premier livre sur les cristaux, de nombreux coachings et le début des articles sur la lune. Je me suis noyée de travail pour essayer d’oublier ce fossé que je ressentais dans mon coeur depuis la Thaïlande. Je culpabilisais d’évoluer et de grandir, je me disais que c’était certainement de ma faute et que c’était à moi de m’ajuster au reste du monde.

Ce fut les montagnes russes émotionnelles, avec beaucoup de joie lorsque je vous accompagnais mais également de la tristesse lorsque je rentrais chez moi. Plus le blog grandissait, plus le compte Instagram augmentait et plus je comprenais que cela ne compensait pas ce que je ressentais. Au yeux du monde j’étais une machine à produire des livres et des projets mais à l’intérieur de moi ma petite fille se sentait très seule. J’ai reçu de beaux enseignements sur la bienveillance envers moi-même et j’ai tenté tant bien que mal de continuer avec le sourire.

Avril

Ce mois a été marqué par la sortie du programme Femme intégrale co-créé avec Morgane. Je l’ai rencontrée la veille de mon anniversaire en 2017 et ce fut comme une évidence que nous nous retrouvions pour nous compléter à de nombreux niveaux. Elle est devenue mon amie et mon guide, elle m’a appris à m’accepter telle que je suis dans toutes mes facettes, à me reconnecter à mon essence et à m’autoriser à aller vers la joie et le plaisir. Les projets que nous avons choisi de développer ensemble ont été de beaux cadeaux et son accompagnement grâce au yoga a entamé une reconnexion à mon corps dont j’avais grandement besoin et qui continue aujourd’hui.

Ce mois a aussi été celui de la rupture avec mon compagnon et ce fut très difficile. Nos chemins étaient devenus si distants que nous avons décidé de ne plus habiter ensemble. J’ai ressenti une très forte culpabilité de me choisir en priorité, en pensant que j’étais peut-être celle qui n’était pas capable de faire des efforts ou de m’adapter. Cet être lumineux et merveilleux a fait partie de ma vie pendant plus de 4 années, a été là lors de mon syndrome et m’a toujours soutenu. Ce fut très difficile d’accepter que nous étions devenus trop différents pour nous comprendre.

Mai

Ce mois-ci je suis retournée à Bali, seule, pour 3 semaines, avec l’intention de me reposer, prendre du temps pour moi et faire le point. Après des mois de travail acharné et de chamboulement dans ma vie j’avais besoin de me recentrer. Bien sûr la vie en a décidé autrement et je n’ai finalement quasi jamais été seule car mes amies Ilia et Peggy étaient là, mon amie Anne-Claire nous a également rejoins, j’ai pu passer du temps avec le très sympa Emilio et une amie d’enfance que je n’avais pas vu depuis 8 ans. Ce voyage m’a permis de me rendre compte que j’étais capable et heureuse de vivre à mon propre rythme et de retrouver la joie à faire ce qui me plait. Au moment de rentrer, quelque chose de profond m’invitait à revenir vite et je reprenais des billets pour revenir 2 mois en août…

J’ai également retrouvé mon meilleur ami d’enfance et sa copine lors de la seule soirée en commun que nous avions de disponible sur place. Je cherchais alors un nouvel appartement et elle avait besoin d’un pied à terre à Paris. Et comme cela, à l’autre bout de la planète, j’ai trouvé la colocataire avec laquelle je partage mon appartement actuel ! Nous avons même trouvé un appartement en un mois, sans le visiter, seulement sur photos. J’ai clairement expérimenté le lâcher prise et compris que l’univers me soutenait lorsque les choses étaient alignées…

Juin

Ce mois a été marqué par deux retraites : la première Moonrise à laquelle j’ai participé et la seconde que j’ai organisée avec mes compères Margaux et Sabri. La retraite entre femmes où j’ai retrouvé mon amie chamane Marion, a été un véritable cadeau afin de continuer à me reconnecter à mon féminin avec force. J’ai pu jouer le rôle de soeur, de guide et d’initiée avec le coeur rempli de gratitude. J’ai compris que les femmes étaient les piliers majeurs de la guérison et je me suis remerciée de m’être offert ce temps pour moi.

La seconde fut ma première retraite organisée entièrement de A à Z, nous avons accueilli 17 personnes, tout a été fluide et magique. J’ai compris que mon manque de perfectionnisme pouvait être un avantage car lorsque l’on souhaite transmettre et accompagner, seule l’intention d’amour et de bienveillance compte. J’ai compris que je me nourrissais énormément pendant ces instants de partage et que je souhaitais intégrer les retraites de façon régulière dans mon travail.

Juillet

Le mois de juillet est passé à la vitesse de l’éclair entre le déménagement dans mon nouvel appartement, une seconde retraite organisée cette fois-ci en plus petit comité et la préparation pour mon voyage. Je me suis autorisée à intégrer beaucoup plus de chamanisme lors de notre stage et les expériences furent magiques. J’ai compris à ce moment là que je devais continuer dans cette voie, légitime ou non et que c’est ce qui me procurait le plus de bonheur, de voir les gens se transformer.

J’ai également repris contact avec mon précédent amoureux, non guérie de son manque, le coeur à la dérive avec l’espoir de recoller les morceaux en adoptant un mode de vie différent. Je me suis observée, j’essayais de comprendre ce qui se passait au fond de moi mais les émotions étaient très difficiles à équilibrer. J’ai trouvé une femme de ménage grâce à mon amie Carole pour s’occuper de mon appartement, comme un cadeau du ciel, elle allait pouvoir s’occuper de mes bébés chats en l’absence de ma colocataire et moi-même. Encore une fois je me suis sentie guidée et soutenue, comme si tout était juste. Puis je suis partie à l’aéroport le 31…

Août

5 août, 19h45 heure locale, la Terre tremble. Je me rue sous la table du restaurant avec Anne-Claire et elle se met à chanter un mantra. Je me vois mourir, je pleure, j’ai peur. Nous sortons, les jambes tremblantes et rentrons à l’hôtel. Une réplique, je m’effondre à nouveau. Alerte tsunami, je suis désemparée. Alerte levée. Je respire à nouveau. Le lendemain nous décidons de partir pour Ubud plus tôt que prévu, loin de l’océan.

Mon corps perçois les moindres vibrations, dans la rue, dans mes membres, je ne dors pas pendant 3 nuits. Je me calme peu à peu puis le 8, une nouvelle secousse. Je ne sais pas comment je vais tenir. Nous nous soutenons avec Anne-Claire et Peggy. Je puise la force dans mon coeur. 10 jours passent, nous arrivons même à tourner le programme De la peur au Coeur puis le 19, une nouvelle secousse, je me rue dehors seule en pleine nuit, les scénarios catastrophes tournent en boucle dans ma tête, je n’arrive plus à relativiser, je pleure et je décide de rentrer.

Je suis retournée en France fatiguée et traumatisée. J’ai choisi d’accueillir et de me donner de la douceur. Je me réveillais régulièrement avec des crises de panique et j’ai du apprendre à être patiente. Cette expérience fut très forte, j’ai enfin compris pourquoi une part de moi avait voulu que j’y retourne si rapidement et je trouve cela un peu fou. J’ai également compris avec le recul que mon manque d’ancrage et d’enracinement dans mon corps a été la raison de mon traumatisme si violent.

Septembre

J’ai profité de ce mois où je ne devais à la base pas être là pour me ressourcer, retrouver un équilibre après ce que j’avais vécu. Les choses n’avaient plus la même saveur, après les tremblements j’ai ressenti une profonde gratitude et sécurité de me trouver chez moi, de faire un travail que j’aime, de visiter des lieux magiques pour de prochaines retraites, de vous rencontrer lors du salon Zen… Je me suis nourrie d’amour et de joie pour panser mes blessures et j’ai commencé à entrevoir ce qui était vraiment important pour moi. Mon Cahier Lune est également sorti et j’ai réalisé à quel point ces derniers mois avaient été incroyables, portée par une énergie qui ne m’appartenait pas complètement.

J’ai également entamé une thérapie Festen avec Gayané qui fut pour moi un tournant important. J’ai compris beaucoup de choses sur mes mécanismes de dépendance, mon besoin profond de reconnaissance, le vide que je pouvais ressentir et qui n’était pas comblé par mes projets, ainsi que l’impact du regard que me porte mes parents depuis toujours mais également la force et les qualités qu’ils m’ont légué. Plus je m’observais et plus j’était capable de comprendre les messages de mes émotions afin de les traverser plus vite.

Octobre

Ce mois a été marqué par le début de ma formation en Yoga intégral, j’ai enfin décidé de ne plus négliger mon corps et de me développer au niveau physique. J’avais évolué très rapidement sur le plan spirituel et psychologique ces derniers mois mais j’avais également occulté l’intégration dans la matière et c’est en parti ce qui me déclenchait régulièrement des douleurs corporelles un peu partout. Au fil des pratiques et des échanges, j’ai enfin compris que respirer était tout aussi important que de penser.

Je suis également partie au Népal pour une retraite autour du chant indien, au milieu des montagnes de l’Himalaya, avec ma date d’anniversaire au milieu du stage. Cette retraite a été incroyablement magique, je me suis sentie à ma place, sans trop savoir pourquoi j’était venue, j’ai rencontré des personnes qui partagent aujourd’hui ma vie et j’ai enfin recontacté le chant que j’aime tant depuis toujours. J’ai dépassé ma peur de nouveaux tremblements et j’ai enfin retrouvé la sérénité. Malgré un confort basique et un réveil matinal régulier, je me sentais merveilleusement bien. J’ai également décidé que je reviendrais pour organiser ici une prochaine retraite…

Novembre

Ce mois fut assez calme malgré une nouvelle rupture avec mon compagnon, entrainé suite à de nouvelles prises de conscience lors de mon dernier voyage. J’ai du accepter que nous n’avions plus les mêmes aspirations et modes de vie. J’ai continué à travailler en essayant de conserver l’équilibre mais très rapidement mes envies et projets m’ont à nouveau submergée.

Nous avons créé Synchronicity avec Morgane, 14 jours de mantras, enregistré dans un studio chez un ami et je n’ai jamais été aussi heureuse que lors des séances d’enregistrement. J’ai compris que le chant devait faire partie de ma vie et que peu importe si cela serait lucratif ou non.

Nous avons également co-créé Le temps des Lunes avec Peggy et j’ai pris un vrai plaisir à faire ce projet pour accompagner toutes les femmes lors de leurs règles. Malgré tout, je me suis promis de mieux répartir mes projets et de mieux gérer mon temps car je me retrouvais souvent dans des situations et états de fatigue que je ne voulais plus avoir à gérer.

Décembre

Pour terminer l’année, je suis partie faire une retraite de 14 jours dans une centre au Pérou (dont je tais le nom volontairement pas souci de respect) accompagnée de chamans et de plantes maitresses. Cette expérience fut unique et intense, le groupe a été incroyable et de nombreuses guérisons se sont opérées à de nombreux niveaux. Je pense écrire un ebook sur le sujet mais je me laisse encore le temps d’intégrer. J’ai passé Noël loin de ma famille et j’ai dormi au milieu de la jungle, j’ai dépassé de nombreuses peurs et me suis reconnectée à la nature d’une manière dont je n’aurais jamais pensé que cela soit possible.

Malgré tout, l’intensité de l’experience m’a déclenché de nouvelles douleurs qui ressemblaient très fortement au syndrome que j’ai traversé 3 ans auparavant. L’initiation a donc été de faire confiance à mon corps et d’écouter ses messages. Aujourd’hui cela va mieux mais ma perception du monde et de la vie a été complètement bouleversée. Je n’ai plus envie de faire les choses avec la tête mais avec le coeur, j’apprécie beaucoup plus les instants de solitude et je sais que je ne pourrais plus vivre très longtemps en ville…

***

Cette année 2018 comme tu l’as compris a été très puissante en terme de transmutation et je sais que ce n’est pas le cas seulement pour moi. Merci à vous tous de m’avoir suivie et soutenue pendant ces derniers mois ainsi que toutes les personnes mentionnées dans cet article, souvent des ami(e)s chèr(e)s à mon coeur.

N’hésite pas à me partager tes prises de conscience toi aussi en commentaire. 

Amour, Aurore.

Les huiles essentielles pour partir en voyage

Comme tu le sais maintenant je pars souvent en voyage depuis quelques mois et notamment en Asie, mon continent de coeur. J’ai toujours eu un système assez fragile alors les débuts ont parfois été chaotiques, surtout lorsque je n’avais pas été assez prudente.

J’ai donc appris à emporter avec moi les indispensables en cas de maladie, stress ou pépin divers. Je te donne ici la liste des huiles essentielles indispensables pour pouvoir partir serein(e).

Attention, ne pas prendre les huiles sans se renseigner sur les posologies et contre-indications, notamment pour les enfants, femmes enceintes ou personnes souffrant de pathologies.

***

Le basilic

En massage sur le ventre, 3 gouttes avec une cuillère à café d’huile végétale, le basilic est parfait pour calmer les ballonnements, diarrhée, maux de ventre et douleurs menstruelles. L’estragon est aussi un bon complément ou alternative pour les symptômes digestifs.

En olfacto, il aide à penser plus à soi, redonne du tonus et de la confiance, il accompagne les introvertis à prendre contact davantage avec le monde.

Je te donne également les propriétés en olfactothérapie, ma passion, pour que cela puisse accompagner des besoins émotionnels et énergétiques. Tu peux respirer directement au dessus du flacon pendant une minute, faire une minute de pause et renouveler l’opération 3 fois de suite, 3  à 4 fois par jour.

 

L’épinette noire

En massage au niveau des surrénales,3 gouttes avec une cuillère à café d’huile végétale, au milieu du dos, l’épinette est parfaite pour stimuler le système endocrinien et redonner un coup de fouet lorsque les batteries sont à plat. Après un long vol ou une indigestion par exemple elle sera parfaite.

En olfacto, elle permet également de se recentrer sur soi, moins dépenser son énergie pour les autres et se recentrer sur le coeur.

 

Le clou de girofle

En cas d’aphte, de douleur dentaire ou d’infection buccale, poser directement une goutte de clou de girofle à l’aide d’un coton tige ou votre doigt propre sur la zone concernée. D’abord cela te piquera un peu mais tu sentiras que l’anesthésie fait du bien et cela désinfectera.

En olfacto, il est merveilleux pour stimuler l’ancrage, le sentiment de sécurité et accompagne dans le développement des projets, afin d’accoucher d’idées dans la matière.

 

L’Helichryse italienne (ou Immortelle)

Cette huile est une merveille en cas de chute, coup ou choc pour éviter que les bleus ne soient énormes et la douleur trop forte. Malgré son prix elle reste utile dans les accidents qui pourraient se présenter en voyage. Tu peux mettre directement quelques gouttes d’Hélichryse sur les zones concernées avec de l’huile végétale.

En olfacto elle accompagne les traumatismes, les chocs, les deuils et les grandes souffrances.

 

La Lavande vraie

Tu peux utiliser la Lavande pour les coupures ou piqures d’insectes afin de mieux cicatriser et stopper les démangeaisons. Egalement sur la peau du visage si une crise d’acné apparait avec de l’huile végétale.

En olfacto, elle est idéale pour réconforter, apaiser, stimuler le sommeil, baisser les rigidités et le petit vélo qui tourne en boucle dans la tête. Tu peux aussi respirer du Petit Grain bigarade en supplément ou alternative pour calmer les angoisses.

 

La menthe poivrée

C’est ma chouchou, je ne voyage jamais sans elle. Une goutte directement en oral (pas plus de 2 semaines en quotidien, faire une pause) pour les nausées ou ballonnements. Tu peux aussi respirer la Menthe pour calmer les nausées ou mettre une goutte sur les temps et le front pour les maux de tête.

En olfacto, elle remet les idées en place, améliore l’ancrage, calme les insécurités et colères, renforce la capacité à trouver les meilleures solutions possibles.

 

Ravintsara & Tea tree

Ce duo magique t’accompagnera en cas d’infection virale comme une angine, un rhume, une indigestion… Le Ravintsara stimule le système immunitaire et le Tea Tree est anti-infectieux. Tu peux en prendre directement une goutte de chaque sur une cuillère de miel ou un morceau de sucre. Tu peux aussi te masser le plexus et le dessous des pieds avec le Ravintsara dilué à de l’huile végétale.

En olfacto, le Ravintsara aide à vivre l’instant présent, à se débarasser de ce qui ne nous appartient pas et redonne du tonus.

 

Pour apprendre à te soigner tu peux aussi cueillir tes plantes toi-même !

J’espère que cet article t’a plu. N’hésite pas à me laisser un commentaire et à la partager autour de toi.

***

Pour aller plus loin découvre les ebooks et programmes, les retraites de printemps/été et l’accompagnement individuel que je propose.

 

 

 

Nous ne sommes pas des anges

Aujourd’hui j’ai envie de te parler de quelque chose qui me tient à coeur, renforcé ces derniers mois au fil de mes accompagnements, rencontres, ateliers et retraites : vivre une spiritualité incarnée.

Avec le développement des ouvrages et formations autour des thèmes spirituels, nous sommes de plus en plus nombreux à nous sentir perdus, alors que notre intention première était de trouver des réponses.

Retrouver l’ancrage

J’ai très souvent observé depuis le début de mon cheminement, un profond manque d’enracinement et d’ancrage dans la réalité. Qui pourrait nous blâmer ? Vivre sur Terre n’est pas une mince affaire et il est très tentant de vouloir vivre « la haut » parmi les êtres de lumière.

Astrologie, numérologie, vies antérieures, liens karmiques, guides… Toutes ces choses qui croisent notre route lorsque nous sommes à la recherche de nous-même est une merveilleuse tentation pour fuir notre réalité. Je suis la première à l’avoir expérimenté, dieu que c’est agréable lorsque quelqu’un met des mots sur nos émotions, nos expériences de vie et nous offre une vérité sur un plateau d’argent.

Mais la spiritualité ne doit pas être une raison pour fuir notre humanité. Le premier canal de guérison et de transformation reste notre coeur et nos émotions. La colère et la tristesse sont nos maîtres, ils nous enseignent ce que notre âme cherche à traverser. Une expérience de vie porte bien plus de sagesse et de pouvoir qu’une guidance par un thérapeute du mystère.

Alors doit-on tout stopper ?

Bien sûr que non. Mais nos boussoles doivent être le discernement et l’acceptation. Il n’y a rien de mal à chercher des réponses auprès des médiums et astrologues, mais soyons capables de le transposer dans la réalité. Le discernement de prendre ce qui est bon pour nous, de ressentir dans nos tripes si cela résonne et de s’en servir pour avancer. L’acceptation quant à elle est la clé pour traverser une vague d’expériences.

Lorsqu’une rupture se présente, nous avons alors deux solutions : affirmer que l’univers et le karma veulent que nous vivions cet instant, qu’il y a forcement quelque chose de bon à en tirer et que ce n’est pas le moment de lâcher ; ou bien s’écouter et comprendre que cette cassure est un enseignement de vie.

La solution se trouve toujours dans notre coeur. Peu importe si cela est juste, si nous avons peur de faire le mauvaix choix, car il n’y a jamais de mauvais choix. Notre coeur sait, là, tout de suite.

Accueillir le chaos

Lorsque nous nous mettons dans la case des personnes « spirituelles », l’ego qui lui ne disparait pas vient alors s’assoir tranquillement sur le trône de notre mystère intérieur et tente de prendre les rênes.

Il pourra nous faire croire que nous en savons plus que les autres, que nous sommes plus sages, que nous sommes capables de poser des symboles sur tout ce que les autres vivent, qu’il est plus intelligent de ne pas réagir avec détachement face aux choses ou encore qu’il est mieux de méditer pendant une heure plutôt que de se perdre dans des discussions mondaines avec des personnes quelconques.

Tu as tout faux cher ego. L’humanité est la plus belle des écoles et les enseignements seront les plus riches dans le chaos, les confrontations, les échanges houleux et les miroirs que l’on rencontre.

Dire merde est taper du pied lorsque nécessaire est aussi un geste spirituel !

Car fuir le chaos c’est aussi fuir nos émotions, qui comme je te le disais plus haut, restent tes plus beaux messagers. Pourquoi fuir un lien d’amour par convention ? Car l’attachement serait mauvais ? Car l’amour inconditionnel ne peut pas se transposer dans un couple ? Bien au contraire. Nos relations sont nos plus beaux tremplins et nous permettent d’évoluer à pas de géants, contrairement aux livres et au théories qui ne font que mettre des mots sur des champs d’expériences que nous nous devons de traverser.

Retrouver son centre

Le développement personnel et spirituel conduit parfois à la culpabilité car nous projetons alors une image de personne parfaite, qui ne s’énerve jamais, qui doit faire son yoga chaque matin, qui devrait consommer de telle manière, penser de telle façon… Et c’est impossible !

La véritable spiritualité se trouve certainement dans l’accueil. L’accueil de ce que nous vivons, d’une émotion, pour ne plus nager à contre courant et comprendre que chaque expérience est un enseignement : observer la façon dont on réagit face au jugement de quelqu’un, lorsque l’ordinateur décide de ne plus fonctionner, lorsque quelque chose que nous tentons de mettre en place ne fonctionne pas, lorsque notre corps décide de tomber malade…

Il sera peu utile d’acheter des milliers de cristaux et de consulter des thérapeutes si nous ne sommes pas capables d’observer ce qu’il se passe à l’intérieur de soi et d’écouter.

Les choses sont parfois plus simples qu’elles ne semblent

Une personne spirituelle ne le sera jamais en apparence, elle a simplement la faculté d’attirer la juste abondance à soi sans crainte et (peu d’) insécurité, possède la faculté de dire non et de se choisir en priorité au sein de ses relations, est capable de partir à l’aventure et de rebondir face aux imprévus, peut avoir de grands rêves et aspirations sans perdre de vue ce qui est important dans l’instant présent ou encore faire un travail karmique ou énergétique sans pour autant négliger ses propres ressentis et intuitions pour pouvoir la guider.

Parfois le meilleur des remèdes sera de sortir observer la nature, de prendre des crayons et dessiner, de prendre soin de soi et de se faire chouchouter, de lâcher son téléphone pendant une journée, de danser et chanter pendant des heures, de partir seul(e) à l’autre bout du monde, d’accepter de se reposer, de mettre fin à une relation toxique, de faire un geste d’amour envers quelqu’un…

Car la sagesse c’est aussi tout cela, comprendre que tout est déjà là.

J’espère que cet article t’a plu. N’hésite pas à me laisser un commentaire et à la partager autour de toi.

***

Pour aller plus loin découvre les ebooks et programmes, les retraites thématiques ainsi que l’accompagnement individuel que je propose.