Combattre le blues du voyage

Si tu me suis sur les réseaux sociaux, tu as certainement vu que j’étais partie en Thaïlande pendant deux semaines et demi début février. Ce voyage fut incroyable, riche en expériences et explorations… mais le retour fut tout aussi rude. J’avais déjà vécu un blues de voyage à mon retour de Bali il y a bientôt un an pendant plusieurs semaines, et cette fois-ci a été aussi compliquée.

Malgré tout, j’ai réalisé que j’ai toujours voyagé et cela a toujours été un processus de réajustement à mon retour. Je sais aussi aujourd’hui que partir à l’autre bout du monde fera partie intégrante de mon quotidien, où je partirai plusieurs semaines, plusieurs fois par an pour me former, me découvrir et vibrer sur d’autres fréquences.

J’ai donc beaucoup réfléchi sur mes mécanismes, aspirations et réalisé de nombreuses choses qui m’ont également aidé à mieux vivre cette transition émotionnelle et psychique. Je voulais donc de tes les partager à travers cet article afin que toi aussi tu puisses le vivre avec plus de douceur.

***

1. Toutes mes émotions sont des messages

Si tu te sens enfermé(e) à ton retour, est-ce un besoin de plus de liberté ? Si tu ne supportes pas ton travail, n’est ce pas le moment de changer ? Si les discussions de tes amis te pèsent, n’est-ce pas l’occasion de faire le tri et de passer ton temps en accord avec ce qui te fais vibrer ?

Chaque émotion est un message de notre âme. Lorsque nous rentrons, les prises de conscience sont nombreuses et il devient alors plus « facile » d’évoluer si nous sommes à l’écoute, car le fossé entre notre vie et nos aspirations se fait plus clair. Il ne sert à rien de culpabiliser, si les envies sont là, c’est certainement pour une raison. L’importance est alors d’avoir assez de courage et de discernement pour faire les choix qui s’offrent à nous.

2. Prendre le voyage comme une motivation

Voyager et me confronter à d’autres cultures me fait tellement de bien, que c’est devenu ma motivation secondaire (après l’épanouissement de mon âme dans mon travail) pour trouver des solutions financières et mettre en place des projets qui me permettent de payer ma prochaine escapade.

Afin d’apaiser le choc du retour, essaie de planifier ton prochain voyage, sans que ce soit une obsession mais dans la joie et avec un certain détachement. Planifie tes économies, achète le guide du voyage et commence à te projeter. L’attente avant de repartir n’en sera que plus agréable.

3. Accepter de prendre du temps pour moi

Ce qui rend le voyage si merveilleux, c’est de vivre pour soi, de se laisser porter, de se faire du bien, de flâner, de se reposer… Et si tu essayais de faire cela chez toi ? Prends quelques moments de méditation au calme, va te faire masser et dorloter, profite d’un bon bain aux bougies, va te promener dans un parc au coucher du soleil et profite de tout ce qui te procure du bien-être.

Voyager nous ramène à ce qui est essentiel, sans le brouaha mental et constant de la vie, sans les tracas inutiles de ce qui n’est pas important. Il ne tient qu’à toi de t’accorder cette façon de vivre et de percevoir le monde, sans être à l’autre bout de la planète. La personne la plus importante c’est toi, alors profites-en pour la chouchouter, sans culpabiliser !

4. Me reconnecter avec ce qui me procure de la joie

Si le voyage est si magique, c’est parce que nous sommes dans l’allégresse de la découverte et de la liberté. Alors, si tu essayais de retrouver cela ici ? À mon retour j’ai décidé d’arrêter d’aller à des rendez-vous qui ne m’intéressent pas où qui me demandent trop d’énergie pour réorganiser mon planning en fonction de mes aspirations profondes. J’ai également accepté d’annuler des soirées lorsque je me sens trop fatiguée afin d’être présente dans les moments où je me sens bien.

Qu’est-ce qui te procure de la joie ? Faire du shopping ? Manger un bon gâteau ? Aller au cinéma ? Chanter en sous-vêtements chez toi ? Alors fais-le ! Si on ne vibre pas de bonheur maintenant, alors quand ?

5. Faire des petits voyages réguliers

Afin d’apaiser les périodes de latence entre deux escapades au bout du monde, je m’accorde des journées loin de Paris ou des week-ends prolongés en Europe. Rien qu’une journée en Normandie le long de la plage me donne l’impression de déconnecter, et pourtant ce n’est pas si loin !

À toi de trouver quelles sont les choses que tu peux mettre en place pour tamponner ces moments, que cela soit un voyage intérieur lors d’une activité originale, d’un week-end yoga, d’une sortie proche de la nature ou d’une visite auprès de ta famille ou de certains amis.

6. Arriver à prendre du recul

Ce que tu as vécu dans un certain contexte, loin de tout, loin de tes peurs, de tes masques et de tes obligations ne reflète par la vie ancrée et concrète que l’on traverse au quotidien. J’essaie de prendre la distance afin de comprendre que vivre sans obligation, au fil des jours et sans attache n’est pas viable sur le long terme (en tout cas pas dans ma vision du monde) et je savoure ces moments spéciaux afin de pouvoir les retrouver une prochaine fois.

Je suis une éternelle romantique et j’ai compris à mes dépends ces dernières années que vivre dans un rêve pour fuir la réalité ne se termine jamais bien sur le long terme (non pas qu’il faille arrêter de rêver, bien au contraire !) mais tout est une question d’équilibre, encore et toujours.

Bon voyage ! 🙂

 

Cet article t’a plu ? N’hésite pas à le partager et à l’épingler sur Pinterest ! 

 

 

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Jess 7 mars 2018 at 22 h 52 min

    Merci pour ce billet

  • Reply Yannick 8 mars 2018 at 9 h 34 min

    Merci pour tes précieux conseils. Le retour de voyage (surtout un long) peut parfois être difficile.

  • Leave a Reply