Portrait de naturopathe #6

Ce mois-ci c’est Simon (encore un homme yeah!) qui se prête au jeu de l’interview de naturopathe. J’ai beaucoup aimé son approche spirituelle et le fait que sa pratique intègre en même temps les bases de la naturopathie mais également l’énergétique. Je me sens proche de son regard sur le monde qui nous entoure et ces notions plus subtiles prennent également une place importante dans mon quotidien.

N’hésitez pas à visiter son site.

Peux-tu te présenter en quelques mots ? 

Je suis Simon Jāra et je suis Naturopathe-Énergéticien à Montmartre (Paris).

Jāra est mon nom de Sanyas. Il représente mon côté intuitif et créatif. On « prend le Sanyas » lorsqu’on décide de suivre une voie spirituelle. C’est un engagement envers soi-même qui signifie qu’on choisi d’œuvrer à dépasser les limitation de l’égo, ou des concepts qui nous séparent les uns les autres.

Pour moi, ce changement de conscience a commencé lors d’un voyage en Inde puis au Brésil pendant l’année 2012.

Simon est mon prénom civil. Il représente mon côté pragmatique et dans l’action. J’ai fait des études en hôtellerie et ai travaillé 10 ans dans ce secteur. Cela a sculpté mon habilité à analyser une situation et prendre une décision concrète tout en prenant en compte l’humain en face.

Pourquoi être devenue naturopathe ? 

À mon arrivée en Inde, j’étais plein de certitudes. Je pensais que nous (les occidentaux) savions tout. Que notre compréhension du monde était la plus aboutie et notre science toute puissante. Pourtant, je savais que quelque chose clochait dans notre société puisque je l’avais laissé derrière moi, aigri par le jeu du capital, et à la recherche de vérités plus profondes.

En Inde, j’ai rencontré des gens formidables. N’ayant rien, mais riches d’une joie, d’un amour et d’une connaissance infinie. Ces quelques moi là-bas m’ont changé à jamais et je ne pouvais plus revenir en arrière. Impossible de remettre mon costume après le yoga, la méditation, le reiki, les massages… J’ai donc voulu étudier l’Âyurveda. Mais faute de visa, ce projet est tombé à l’eau.

C’est en cherchant sur le net que j’ai découvert la naturopathie et décidé de l’étudier. En lisant les principes de cette médecine naturelle, je retrouvais la sagesse indienne. Voilà comment tout à commencé. Et c’est la meilleure décision de ma vie.

Qu’est ce qui te motive à te lever le matin ? 

D’abord, le fait que je décide à quelle heure je me lève car c’est moi qui décide de mon emploi du temps :-). Je peux recevoir les gens jusque tard le soir mais consulte rarement aux aurores.

Ensuite, ce qui me motive, non seulement le matin mais à chaque instant, c’est la conscience de l’expérience extraordinaire qu’il m’est donné de vivre.

À un niveau métaphysique déjà, car depuis l’Inde, j’ai conscience de mon interaction avec le monde, les autres, les plantes, les planètes,… et depuis la naturopathie, car je vois comme tout cela est magnifiquement intriqué, du rapport de l’homme au soleil, de la femme à la lune, du sang à la chlorophylle… Tout cela m’émerveille.

À un niveau sociétal également, car un changement de conscience a lieu sur notre planète. Les enjeux de santé, mais aussi humains, énergétiques et écologiques sont immenses et j’ai la chance, au travers de ma pratique quotidienne, d’apporter ma pierre à l’édifice, d’être un petit colibri, comme le dirait M. Rabhi.

Qu’est ce qui te passionne le plus dans la médecine naturelle ? 

Ce qui me passionne, c’est qu’il s’agit de la vie. Et ça nous concerne tous.

Lorsqu’on achète un nouvel objet de technologie, on a le mode d’emploi. Et aujourd’hui, tout est connecté. Alors il faut savoir comment le faire fonctionner et interagir correctement avec le reste de nos appareils.

Mais le corps humains est « l’objet » le plus extraordinaire et le plus connecté que l’on puisse imaginer. Et on n’en connaît à peine le mode d’emploi. Imaginez ne pas savoir quelle essence mettre dans votre voiture (quoi manger) ou comment éteindre votre ordinateur (vous endormir). C’est insensé.

Lorsqu’on observe simplement comment la nature fonctionne, tout prend son sens. Un eczéma, une diarrhée, une dépression, tous sont des signaux à décoder. Et la naturopathie est le mode d’emploi. Lorsqu’on le connaît, on peut reprendre le contrôle de sa vie, de son corps, et on peut aider les autres.

À un moment je me suis dit : « je veux faire un métier qui ai du sens même si on a plus d’électricité ». Pour moi, ç’est la naturopathie. C’est utile, n’importe où, n’importe quand et ça se pratique avec ce qu’on a autour de nous. Ca me plait.

Quel serait ton conseil principal pour être en bonne santé ? 

Si j’ai un seul conseil à donner, c’est d’équilibrer la balance. « En medium veritas » comme disait les romains.

Personne n’est parfait. Alors ne soyez pas trop durs avec vous-mêmes et ne vous acharnez pas sur ce que vous « ne faites pas suffisamment bien ». Équilibrez simplement l’autre côté de la balance avec quelque chose qui vous fait du bien.

Exemple : vous avez fait un excès alimentaire ? Faites-vous une orgie de jus frais (3/4 légumes, ¼ fruits) le lendemain. Vous fumez et n’arrivez pas à arrêter ? Faites une séance quotidienne de pranayamas (exercices respiratoires du yoga). Vous êtes compulsivement sur des Facebook le soir ? Passez votre dimanche après-midi en forêt. Vous êtes agressif ? Inscrivez-vous à une chorale gospel… En équilibrant la balance, on déleste naturellement l’autre côté sans même s’en rendre compte… A vous de jouer !

Quelle est ta recette préférée ? 

Je n’en ai pas. Et pourtant j’ai fait l’école hôtelière… Ma copine m’appelle « Gloubi-boulga », car je suis le roi des mélanges. Je prends les ingrédients qui sont là et je les arrange à ma sauce. Et c’est super bon. Tu peux lui demander 🙂 Avant je faisais ça n’importe comment, mais maintenant, je fais attention à la cuisson, aux associations, et les produits sont des qualités : bio, bonnes huiles, aromates, etc. Mon plat, c’est donc à l’indienne : une grande gamelle où tout le monde se sert !

Quel est le super aliment que tu consommes et que tu conseillerais ? 

Mon super-aliment, ça va paraître classique mais c’est la spiruline. Et si tu viens en consultation, tu vas y avoir droit. Pourtant les débuts ont été difficiles. Ma première spiruline, je l’ai achetée en boutique bio, et en brindilles. Je l’ai mise dans de l’eau et j’ai attendu que ça se dissolve un peu. C’était épais et noir. On aurait dit du pétrole. J’ai bu cette « potion » et je l’ai régurgitée instantanément. J’ai trouvé cela horrible !

Du coup, il m’a fallu un temps avant de me laisser convaincre de retenter l’expérience. Ce fut sur un salon, un jus préparé par l’une de mes amies sur un stand. Depuis, je suis accro.

Objectivement, le goût n’est pas «  dingue » mais maintenant, mes cellules la réclament ! Et pour que ce soit un plaisir en bouche, il faut préparer le mélange à l’avance. La veille par exemple. Tu mets 1 à 2 cuillères à café de spiruline en poudre dans une bouteille de 50cl avec ¾ de jus de pomme trouble et ¼ d’eau de source, tu secoues bien, et tu laisses reposer. Le mélange est prêt lorsqu’il est homogène et bleuté. C’est la phycocyanine.

Depuis, j’ai découvert beaucoup de choses extraordinaires sur la spiruline. Ce sera peut-être pour une prochaine interview.

Si tu pouvais partir vivre dans un autre pays, lequel et pourquoi ? 

Mon rêve serait d’avoir un van équipé pour la naturopathie, avec piscine de culture de spiruline, germoir d’herbe d’orge, machine à jus, à argent colloïdal, table de  soins, … Et de parcourir le monde à la rencontre des peuples pour partager les savoirs, faire des ponts entres les connaissances et les cultures et créer le monde de demain.

Mais si je devais en choisir un seul, se serait l’Inde. Car j’ai toujours le projet d’y étudier l’Âyurveda…

Quels sont tes futurs projets ? 

Continuer à apprendre, à grandir à m’épanouir, ici ou ailleurs. Et à créer le monde dans lequel je veux vivre.

Une citation qui te représente ? 

“La vie est courte, l’art est long, l’occasion fugitive, l’expérience trompeuse, le jugement difficile.” Hippocrate de Cos.

J’ai mis du temps à la comprendre celle là…

Un petit secret sur toi à partager ?

J’ai déjà donné des indices en réponse à la question 5 😉

 

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à l’épingler sur Pinterest ! 

2 comments

  1. Rozie & Colibri says:

    C’est absolument génial !

    Merci pour ce beau partage, j’adore tes interviews !

    Celui-ci tout particulièrement. J’ai hâte de commencé mon suivi en naturopathie, dès que j’aurais trouvé la bonne personne pour me suivre :).

Laisser un commentaire